LES SUJETS

L'Amérique latine a doublé ses émissions de gaz à effet de serre agricoles au cours des 50 dernières années

L'Amérique latine a doublé ses émissions de gaz à effet de serre agricoles au cours des 50 dernières années


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l'agriculture (cultures et bétail) ont doublé au cours des cinquante dernières années et continueront d'augmenter si aucun effort supplémentaire n'est fait pour les réduire, a déclaré aujourd'hui les Nations Unies à propos de l'Alimentation et de l'Agriculture (FAO).

L'Amérique latine et les Caraïbes est la deuxième région qui génère le plus d'émissions agricoles au monde, représentant 17% du total, seulement dépassée par l'Asie (44%). Elle est suivie par l'Afrique (15%), l'Europe (12%) et l'Amérique du Nord (8%).

Selon la base de données FAOSTAT, les émissions agricoles (cultures et bétail) dans la région sont passées, de 1961 à 2010, de 388 à plus de 900 millions de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone * (éq CO2). Les émissions liées à l'élevage représentaient 88% de ce total.

«Les émissions mondiales de l'agriculture continuent d'augmenter, mais pas aussi rapidement que celles des autres activités humaines. Il est essentiel que les gouvernements favorisent l'absorption et la rétention des gaz à effet de serre, pour avancer vers des modèles de production durables qui nous permettent d'atteindre une sécurité alimentaire totale », a expliqué le représentant régional de la FAO.

Sources et puits de carbone dans la région Les émissions régionales totales - compte tenu de l'agriculture, de la sylviculture et d'autres utilisations des terres - ont dépassé en moyenne 2 800 millions de tonnes d'équivalent CO2 pour la période 2001-2010.

La conversion nette des forêts à d'autres usages a été la principale source de GES dans la région: entre 2001 et 2010, elle a généré en moyenne 1 900 millions de tonnes d'équivalent CO2.

Voir l'infographie complète ici

Les cultures et le bétail génèrent 860 millions de tonnes d'équivalent CO2, la combustion de la biomasse a généré 31 millions de tonnes et les tourbières dégradées (un type de zone humide acide dans laquelle la matière organique s'est accumulée sous forme de tourbe), ont généré 17 millions de tonnes d'équivalent CO2.

Au cours de la même période, les forêts ont agi comme le plus important puits de GES, absorbant en moyenne 440 millions de tonnes d'équivalent CO2 sur la même période 2001-2010. Compte tenu de ce qui précède, les émissions forestières nettes se sont établies en moyenne à près de 1,5 milliard de tonnes entre 2000 et 2010, ce qui montre une forte diminution ces dernières années.

Les pays doivent réaliser des inventaires d'émissions et des plans d'atténuation Des experts de 15 pays d'Amérique latine et des Caraïbes se sont réunis à San José, Costa Rica dans le cadre d'un atelier de formation mésoaméricain afin que les gouvernements puissent créer des inventaires des émissions et des plans d'atténuation.

Ces inventaires sont essentiels pour planifier les actions nationales d'atténuation et participer aux mécanismes REDD + (Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation).

Ces rapports et inventaires identifieront les pratiques d'atténuation et d'adaptation au changement climatique dans le cadre du développement rural de chaque pays, ainsi que les outils et données existants pour améliorer les processus nationaux et faciliter un échange d'expériences entre les pays mésoaméricains et le reste de la région.

L'atelier était organisé par le projet de la FAO sur le suivi et l'évaluation des gaz à effet de serre dans l'agriculture, le programme ONU-REDD et par la Commission nationale des forêts du Mexique dans le cadre du projet de renforcement REDD + et de la coopération Sud-Sud.

Le projet de la FAO vise à renforcer les capacités des pays dans les méthodologies techniques, les politiques publiques et les processus institutionnels pour améliorer les statistiques rurales et produire des estimations complètes et précises des émissions nationales de GES provenant de l'agriculture, de la foresterie, de l'utilisation des terres et du changement d'affectation des terres.

Plus d'informations dans l'infographie suivante:

Émissions de gaz à effet de serre provenant de l'agriculture, de la sylviculture et d'autres utilisations des terres.

Remarque: * L'équivalent de dioxyde de carbone (CO2 eq) est une mesure utilisée pour comparer différents gaz à effet de serre en fonction de leur potentiel de réchauffement planétaire.

Servindi


Vidéo: Leffondrement à venir? - Vincent Mignerot (Mai 2022).