LES SUJETS

Les grands barrages et leur relation avec la mauvaise qualité de l'eau

Les grands barrages et leur relation avec la mauvaise qualité de l'eau


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Carey L. Biron

Des chercheurs d'International Rivers (IR), une organisation indépendante basée aux États-Unis, ont compilé et comparé les données de près de 6 000 des quelque 50 000 grands barrages du monde, dans les 50 principaux bassins fluviaux du monde.

Quatre-vingt pour cent du temps, ils ont constaté que la présence de grands barrages, généralement supérieurs à 15 mètres de hauteur, impliquait une mauvaise qualité de l'eau, avec des niveaux élevés de mercure et une sédimentation piégée.

Les chercheurs notent que les corrélations n'indiquent pas nécessairement des relations causales, mais suggèrent un modèle global clair. IR demande maintenant qu'une commission intergouvernementale d'experts développe une méthode systémique pour évaluer et surveiller la santé des bassins fluviaux de la planète.

«La fragmentation des rivières due à des décennies de construction de barrages est fortement corrélée à la mauvaise qualité de l'eau et à la faible biodiversité», a déclaré IR mardi lors de la présentation de l'état des fleuves du monde, une base de données Internet avec les conclusions de l'étude.

"Dans de nombreux grands bassins fluviaux du monde, des barrages ont été construits au point de provoquer une grave détérioration", selon l'étude.

Le bassin du Tigre et de l'Euphrate compte 39 barrages et est l'un des systèmes les plus «fragmentés», selon IR. La conséquence est un déclin important des marais traditionnels de la région, y compris la flore tolérante au sel qui aide à soutenir les zones côtières, ainsi qu'une baisse de la fertilité des terres.

La recherche a suivi la construction des barrages ainsi que des indicateurs sur la biodiversité et la qualité de l'eau dans les bassins fluviaux affectés.

"La plupart des gouvernements, en particulier dans les pays en développement, n'ont pas la capacité de garder une trace de ce type de données, donc en ce sens ils sont aveugles lorsqu'ils adoptent des politiques concernant la construction de barrages", a-t-il déclaré. Zachary Hurwitz, l'étude coordinateur, a déclaré à IPS.

Quatre des cinq systèmes fluviaux les plus fragmentés se trouvent en Asie du Sud et de l'Est, selon l'étude. Et quatre des 10 plus touchés se trouvent en Europe et en Amérique du Nord, qui ont le plus de barrages, en particulier aux États-Unis.

La construction de ces ouvrages touche relativement moins deux des continents les plus pauvres, l'Afrique et l'Amérique du Sud. Mais les deux régions ont un énorme potentiel hydroélectrique et une demande énergétique croissante, de sorte que nombre de leurs pays cherchent à tirer parti de l'énergie fluviale.

IR note que le Brésil prévoit de construire plus de 650 barrages de toutes tailles. Le pays abrite également un grand nombre d'espèces qui seraient menacées par ce type de travail.

Le Brésil, la Chine et l'Inde ne construisent pas seulement des barrages sur leur propre territoire, mais leurs entreprises vendent également de plus en plus ces types de construction à d'autres pays en développement.

Les "bassins moins fragmentés subissent actuellement une expansion majeure de la construction de barrages", a déclaré Hurwitz.

«Mais si vous regardez l'expérience et les données des zones où la construction de barrages est historiquement élevée, comme le bassin du Mississippi aux États-Unis et le Danube en Europe, ces tendances inquiétantes se répéteront probablement dans les bassins les moins fragmentés. la prolifération de sa construction se poursuit », a-t-il prévenu.

Les militants se disent particulièrement préoccupés par la confluence de la construction de barrages et de l'impact potentiel du changement climatique sur la biodiversité des eaux douces.

IR demande qu'une commission intergouvernementale d'experts évalue l'état des bassins fluviaux de la planète afin de développer des indicateurs pour une évaluation systémique et les meilleures pratiques pour la préservation des rivières.

«Les preuves que nous recueillons des impacts à l'échelle planétaire de la perturbation des rivières sont suffisamment solides pour justifier une plus grande attention internationale afin de comprendre les limites de la modification des rivières dans les principaux bassins du monde», a déclaré Jason Rainey, PDG d'IR, dans un communiqué.

Le fardeau économique

En particulier pour les pays en développement dont la demande énergétique est croissante, les préoccupations concernant la construction de barrages de grand volume transcendent les considérations environnementales ou même sociales.

L'accès à l'énergie reste un facteur central de développement et sa rareté affecte des problématiques aussi variées que l'éducation et l'industrialisation. De plus, les inquiétudes concernant le changement climatique ont ravivé l'intérêt pour les grands barrages, comme en témoigne la décision de la Banque mondiale en 2013 de reprendre ces types de projets.

Cependant, la discussion demeure sur la question de savoir s’il s’agit de la meilleure solution, en particulier pour les pays en développement. Les grands barrages coûtent généralement plusieurs milliards de dollars et nécessitent une planification intense qui, dans les travaux antérieurs, a dépassé la capacité des économies fragiles.

En mars de cette année, une étude influente de l'Université britannique d'Oxford a enquêté sur 250 grands barrages construits après 1920 et a découvert une omniprésence de dépassements de coûts et de non-respect des délais de construction.

"Nous avons trouvé des preuves accablantes que les budgets sont systématiquement biaisés en dessous des coûts réels des grands barrages hydroélectriques", ont écrit les auteurs dans le résumé de l'étude.

Dans "la plupart des pays, les grands barrages hydroélectriques coûteront trop cher ... et il faudra trop de temps pour générer des rendements positifs ... à moins que des mesures de gestion des risques adéquates ne soient fournies à un coût abordable", ont-ils ajouté.

Au lieu de cela, les chercheurs ont recommandé que les autorités des pays en développement adoptent des «alternatives énergétiques agiles» qui peuvent être construites plus rapidement.

De l'autre côté de la discussion, la Commission internationale des grands barrages, une organisation basée à Paris, a critiqué les résultats de l'étude parce qu'elle se concentrait sur un ensemble non représentatif de barrages extrêmement grands. Son président, Adama Nombre, s'est également interrogé sur l'impact climatique des options alternatives recommandées par les chercheurs de l'Université d'Oxford.

«Quelles seraient ces alternatives?» Se demanda Name. «Les centrales à combustibles fossiles qui consomment du charbon ou du gaz. Sans le dire explicitement, les auteurs utilisent un raisonnement purement financier pour nous conduire vers un système électrique émetteur de carbone », a-t-il assuré.

Édité par Kitty Stapp / Traduit par Álvaro Queiruga

Service Inter Presse - IPS Venezuela

http://www.ipsnews.net


Vidéo: 5 RUPTURES de BARRAGES MASSIFS les plus DÉVASTATEURS! Nalak (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Emrys

    Je vais également le prendre très intéressant.

  2. Ungus

    Sur le mien, c'est un thème très intéressant. Je suggère à tous de participer à la discussion plus activement.

  3. Efren

    Réponse rapide, signe de compréhensibilité)

  4. Bogdan

    Je suis désolé, que j'interfère, j'aimerais offrir une autre décision.

  5. Kazratilar

    Désolé pour l'interférence ... Je comprends ce problème. Vous pouvez discuter. Écrivez ici ou dans PM.



Écrire un message