LES SUJETS

Les organisations religieuses rejettent la tentative de cooptation des sociétés minières

Les organisations religieuses rejettent la tentative de cooptation des sociétés minières


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le réseau des Églises et des Mines a répudié la stratégie de cooptation en finançant et en aidant «des séminaires théologiques dans diverses parties du monde à mieux équiper les pasteurs et les dirigeants d'églises pour servir les communautés affectées par les projets miniers».

Par une lettre ouverte, il affirme que le devoir des entreprises «est d'obtenir le consentement préalable des communautés avant de créer une entreprise, de garantir des conditions adéquates pour son agrément, d'éviter les dommages sociaux et environnementaux, de payer des impôts à l'État pour ses politiques sociales. et des amendes pour chaque violation provoquée. "

Il ajoute que "c'est en faisant cela, et en ne suggérant pas un autre type de financement ou de partenariat, qu'ils gagneront notre reconnaissance en tant qu'acteurs responsables".

Il déclare que «les agents pastoraux n'ont pas besoin de la formation des sociétés minières pour exercer avec compétence la médiation» dans les processus de dialogue.

Il ajoute que l'initiative minière cherche à utiliser l'Église au profit de ses intérêts et affaiblit son rôle de «défenseur de la justice et de défenseur des pauvres», ce dernier une citation du pape François dans son discours aux communautés de Rio de Janeiro , en juillet 2013.

Ne manquez pas la lettre ouverte ci-dessous:

L'Église ne peut pas être achetée

Lettre ouverte des Eglises et des Mines sur la séduction des sociétés minières

Iglesias y Minería est un réseau latino-américain de communautés chrétiennes, religieuses et religieuses qui, avec le soutien de divers évêques, le Réseau ecclésiastique panamazonien (REPAM), le département Justice et Paix de la Conférence épiscopale latino-américaine (CELAM) et le Conseil latin Americano de Iglesias (CLAI), travaille depuis deux ans pour faire face aux impacts de l'exploitation minière.

Nous connaissons étroitement les souffrances de nombreuses communautés et peuples traditionnels, ainsi que les violations des droits environnementaux et des générations futures causées par les grandes entreprises minières qui se développent sur notre continent. Il s'agit d'opérations commerciales contre les droits en violation de la Convention américaine des droits de l'homme et des principes des Nations Unies sur les entreprises multinationales et les droits de l'homme.

Plusieurs évêques et certaines conférences épiscopales se sont prononcés à plusieurs reprises pour soutenir les communautés affectées et ont dénoncé les conflits causés par les sociétés minières, souvent avec l'aval des États-nations.

L'action pastorale des Églises, aux côtés des communautés et avec leurs positions officielles, a démontré efficacement la contradiction du modèle économique extractif et ses dommages à la vie humaine et à la planète. De la même manière, ils ont contribué à renforcer les peuples dans leurs luttes et leurs résistances, ainsi que dans la construction d'alternatives.

Les plus grandes multinationales minières tentent d'organiser des stratégies qui s'opposent à cette action et aux plaintes. Même en augmentant leur présence dans les territoires et avec les communautés, les entreprises n'ont pas réussi à séduire les dirigeants et les habitants les plus conscients, organisés dans de nombreux cas autour des communautés chrétiennes.

Il y a eu ensuite une approche institutionnelle: les dirigeants et les principaux actionnaires de plusieurs sociétés minières ont demandé une journée de «retraite» au Vatican (en octobre 2013) et une journée de réflexion à Cantorbéry, pour approcher l'Église anglicane (en octobre 2014) ). Dans ces cas également, malgré l'écoute et l'ouverture au dialogue, ils n'ont pas été en mesure de coopter les églises et de les faire bénir leurs opérations, car les sociétés minières cherchent manifestement à satisfaire les intérêts économiques et financiers et, dans la plupart des cas, leurs Les déclarations formelles ne correspondent pas à une pratique efficace d'écoute et de respect des communautés des territoires.

La troisième initiative séduisante a été lancée récemment. Nous voulons qu'il soit connu, ainsi que notre répudiation la plus profonde.

Appelé «exploitation minière en alliance (Nous joignons le document avec la proposition complète, qui a été reçue par certaines de nos congrégations religieuses en mars 2015.)», il est proposé «d'aider les séminaires théologiques dans différentes parties du monde à mieux équiper les pasteurs et les chefs d'église pour servir les communautés affectées par les projets miniers ». Il illustre les avantages que cette initiative apportera aux entreprises et aux églises. Il propose que les églises «pensent théologiquement, éthiquement et liturgiquement de l'exploitation minière, localement et internationalement».

Sur cette initiative, nous voulons exprimer notre position:

  • Nous rejetons l'invitation de l'église à faire une alliance avec les sociétés minières. En relisant le document rédigé à l'occasion de la «retraite» au Vatican, on voit encore plus clairement ce que les entreprises entendent par cette alliance: elles se demandent «Comment se fait-il que l'industrie minière puisse faire meilleure impression?» et un homme d'affaires déclare qu'il s'attend à ce qu '«un leader d'opinion de la stature de l'Église catholique (…) contribue à informer la population mondiale des progrès significatifs réalisés dans le secteur minier».
  • Ce n'est pas le rôle des églises de convaincre leurs fidèles de la bonté d'une entreprise. Il est également absurde de penser que l'église peut simplement «servir les communautés affectées par les projets miniers». L'Église (cf. GS1) assume les drames, les espoirs et les revendications des plus pauvres et des victimes d'une économie qui tend à rejeter de plus en plus de personnes (EG53) et qui compromet définitivement l'équilibre de la Création. Le devoir des entreprises, soumises au contrôle de l'État, est d'obtenir l'accord préalable des communautés avant de créer une entreprise, de garantir des conditions adéquates pour son agrément, d'éviter les dommages sociaux et environnementaux, de payer des impôts à l'État pour ses politiques sociales et des amendes pour chaque violation provoquée. Et c'est en faisant cela, et en ne suggérant pas un autre type de financement ou de partenariat, qu'ils gagneront notre reconnaissance en tant qu'acteurs responsables.
  • Nous reconnaissons l'importance du dialogue entre les communautés chrétiennes et les sociétés minières. Nous recherchons ce dialogue au quotidien (souvent en vain) dans les contextes de conflits locaux les plus divers, où les communautés dénoncent des violations spécifiques et présentent des revendications spécifiques. C'est là que le dialogue doit commencer; là est mesurée la disposition réelle des entreprises avec les communautés. Les agents pastoraux n'ont pas besoin de la formation des sociétés minières pour mener à bien ce dialogue.
  • Le financement d'initiatives en lien avec les séminaires théologiques nous semble une stratégie pour coopter l'Église, l'utiliser au profit des intérêts des sociétés minières et la diviser, affaiblissant son rôle de «défenseur de la justice et de défenseur des pauvres» (Pape François : Discours aux communautés de Rio de Janeiro en juillet 2013. Les entreprises, au lieu d'allouer de l'argent pour réparer tous les dégâts signalés par les communautés, investissent dans des projets de propagande ou dans des activités qui visent à soutenir financièrement les dirigeants de mouvements sociaux, syndicats ou pastorale, avec l'objectif évident de réduire la critique non par le changement, mais par la cooptation de celui qui l'a soulevée.

Nous invitons donc le Conseil Pontifical Justice et Paix, les Conférences épiscopales, les Eglises sœurs réformées, les théologiens et les organisations chrétiennes engagés à défendre les communautés touchées par les violations des droits socio-environnementaux et les personnes de bonne volonté à exprimer avec nous leur répudiation pour une autre initiative de cooptation des grandes sociétés minières. Nous continuerons humblement et avec persévérance notre accompagnement auprès des communautés: c'est en elles et pour elles, de plus en plus conscientes, protagonistes et enracinées dans la défense de leurs territoires, que se construit le Royaume de Dieu.

Les églises et les mines, avril 2015.

  • Ação Franciscana de Ecologia e Solidariedade - AFES -
  • Agenda mondial de l'Amérique latine
  • Amerindia Colombie et Continental
  • Associação Eumênica de Teologos / comme le Terceiro Mundo - ASETT -
  • Associação Madre Cabrini, Irmãs Missionárias do Sagrado Coração de Jesus - Brésil
  • Association mennonite pour la justice, la paix et l'action non-violente -JUSTAPAZ-
  • Caritas d'El Salvador, El Salvador
  • Caritas Jaén, Pérou
  • Centre pour l'écologie et les peuples andins -CEPA- Oruro Bolivie
  • Centre pour la justice et l'équité -CEJUE- Puno, Pérou
  • Centre franciscain de Defesa dos Direitos, Brésil
  • Clarétains San José del Sur, Uruguay, Paraguay et Chili
  • Coalition œcuménique pour le soin de la création, Chili.
  • Conseil latino-américain des églises - CLAI-
  • Conseil œcuménique des Eglises, Justice climatique -WCC-
  • Conselho Indigenista Missionário -Brésil-
  • Coordination continentale des communautés ecclésiales de base
  • Comissão Verbita, JUPIC- Amazonie.
  • Comité de défense de deux territoires devant Mineração, Brésil.
  • Communautés construisant la paix dans les territoires - Foi et politique -Conpaz- Colombie.
  • Commission inter-Eglises Justice et Paix -Colombie-
  • Comissão Pastoral da Terra -CPT- Brésil.
  • Communautés de vie chrétienne -CVX-
  • Communautés ecclésiales de base, Collectif Sumaj Kausay, Cajamarca, Argentine.
  • Coordination continentale des communautés ecclésiales de base.
  • Coordonnateur national des droits de l'homme, Pérou.
  • Diocèse du CPT d'Óbidos, Pará, Brésil.
  • Droits de l'homme sans frontières, Pérou.
  • Droits de l'homme et environnement de Puno -DEHUMA-, Pérou
  • Dialogue inter-églises pour la paix en Colombie, DIPAZ, Colombie
  • Diocèse de Copiapó - Alto del Carmen - Chili
  • Diocèse d'Itabira - Fabriciano Minas Gerais, Brésil
  • Direction diocésaine Cáritas de Choluteca, Honduras
  • Equipe de Articulação e Assessoria pour les communautés noires de Vale do Ribeira, EAACONE, Brésil.
  • Équipe de recherche en écothéologie, Universidad Javeriana, Bogotá.
  • Équipe nationale de pastorale autochtone, ENDEPA, Argentine.
  • Franciscans International.
  • Sœurs de la Miséricorde des Amériques, Argentine.
  • Iglesia Evangélica Presbiteriana de Chigüinto, Chili.
  • Irmãos da Misericórdia das Américas Juventude Franciscana do Brasil - YouFRA-
  • Justice, Paix et Integridade da Criação Verbitas - JUPIC SVD - Province BRN
  • Mercy International Association à l'ONU
  • Table écologique interreligieuse de Bogotá D.C. - MESETI -
  • Missionnaires clarétains d'Amérique centrale et San José del Sur, Argentine
  • Missionnaires comboniens, Brésil et Equateur
  • Movimento dos Atingidos por Barragens no Vale do Ribeira -MOAB- Brésil.
  • Observatoire des conflits miniers d'Amérique latine -OCMAL-
  • Bureau JPIC OFM, Rome.
  • Bureau JPIC Société missionnaire de San Columbano, Chili
  • Ordre franciscain séculier, Uruguay
  • Organisation des familles de pâtes de conchos, Mexique
  • Pastorale de garde d'enfants, Bolivie
  • Pastorale autochtone, Equateur
  • Pastoral Indigenista de Roraima -Brésil-
  • Pastoral Social Cáritas Oruro, Bolivie
  • Diocèse social pastoral de Duitama Sogamoso, Boyacá, Colombie
  • Diocèse social pastoral de Pasto, Nariño, Colombie
  • Radio el Progreso Yoro-ERIC- Honduras
  • Réseau d'éducation populaire d'Amérique latine et des Caraïbes des religieux du Sacré-Cœur
  • Rede de Solidariedade Missionárias Servas do Espírito Santo, Brésil
  • Red Muqui, Pérou
  • Réseau régional de développement de l'eau et de démocratie, Piura, Pérou
  • Secrétariat diocésain de la pastorale sociale, Garzón Huila, Colombie
  • Service international de solidarité chrétienne Oscar Romero -Sicsal-
  • Service Inter-Franciscain de Justice, Paix et Ecologie -SINFRAJUPE-, Brésil.
  • Service international de solidarité chrétienne avec l'Amérique latine, Oscar Romero, -SICSAL-
  • Services Koinonia
  • Vicaría de la Solidaridad, Bureau des droits de l'homme, Jaén, Pérou.
  • Vicariat Apostolique San Francisco Javier, Jaén, Pérou.
  • Vivat International.

Ecoportal.net
SERVINDI
http://servindi.org/


Vidéo: Lexploration minière (Mai 2022).