LES SUJETS

17 avril: Journée des luttes paysannes contre les sociétés transnationales et les accords de libre-échange

17 avril: Journée des luttes paysannes contre les sociétés transnationales et les accords de libre-échange


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Via Campesina International a défini le 17 avril comme la journée internationale des luttes paysannes rendre visible et dénoncer la criminalisation de la contestation, des persécutions et de la violence auxquelles la paysannerie est confrontée au quotidien en raison de la mise en œuvre du modèle néolibéral et de l'agro-industrie dans les campagnes.

Pour le Mouvement paysan international, il est urgent d'accélérer l'approbation de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes qui travaillent dans les zones rurales comme un outil de lutte pour garantir une vie digne à la campagne.

Ce 17 avril 2015, La Via Campesina Internacional concentrera sa mobilisation sur les impacts des entreprises transnationales et des accords de libre-échange pour l'agriculture paysanne et la souveraineté nationale. Par conséquent, en cette Journée mondiale d'action, nous appelons à renforcer la lutte sociale et l'organisation des peuples du monde entier pour revendiquer la terre et la réforme agraire, ainsi que le droit ancestral à la terre et aux territoires comme deux conditions indispensables à l'agriculture paysanne et à la souveraineté alimentaire. des peuples.

Depuis 1996 - en souvenir du massacre de 19 paysans sans terre au Brésil - le mouvement paysan international a grandi et renforcé le chemin de l'action et de la mobilisation mondiale, renforçant la solidarité et la résistance, ainsi que l'approfondissement de l'alliance entre la campagne et la ville en faveur d'un projet de société fondé sur la justice sociale et la dignité des peuples.

Nous, paysans et paysans, indigènes, afro-descendants, sans terre, luttons pour un modèle d'agriculture paysanne et souveraine, pour lequel les accords de libre-échange ont été constitués en libre dépossession, expulsion et disparition de la paysannerie, car ils sont basés une agriculture capitaliste, industrielle, subventionnée et hautement toxique qui se négocie sous l'influence et les intérêts de quelques sociétés transnationales.

Pour La Via Campesina, les politiques d'ouverture et les processus de déréglementation ne favorisent que les transnationales, car ces traités et accords commerciaux, qu'ils soient multilatéraux ou bilatéraux, visent essentiellement à protéger les entreprises étrangères, en établissant un ensemble de conditions, de mesures et de règles pour assurer une protection complète. des investissements des entreprises étrangères, alors que cette libéralisation du marché a de graves répercussions économiques et sociales sur les paysans du Nord et du Sud.

Avec les ALE, les droits commerciaux prévalent sur tous les autres droits.

Pour illustrer, actuellement, les accords de libre-échange et de libéralisation des investissements entre l'Union européenne et les États-Unis et le Canada sont en discussion, ce qui serait le plus important jamais signé.

Ce qui aura un impact global et déterminera les nouvelles normes en faveur des transnationales. Et ils auront les outils pour manipuler toutes les réglementations, normes et politiques publiques pour augmenter leurs profits: le mécanisme de résolution des conflits entre investisseurs et États (RCIE) et le Conseil de coopération réglementaire.

Ainsi, les États, les régions et les communautés perdront leur pouvoir de protéger les citoyens et leur environnement.

En ce sens, nous dénonçons la "arbitrage" Mécanisme utilisé par ces entreprises transnationales qui constitue une sorte de mondialisation, de transnationalisation et de privatisation du système judiciaire, dans lequel les entreprises privées dictent les normes, ainsi qu'une stratégie pour affaiblir les États et les souverainetés nationales.

Dans le cas de la tristement célèbre Organisation mondiale du commerce (OMC), qui tente de se renouveler pour ne pas perdre toute pertinence, cette année s'accompagne d'une nouvelle offensive contre les systèmes nationaux de production, de distribution et de stockage des denrées alimentaires, cherchant à affaiblir le public. protection des systèmes pour les personnes.

A l'occasion de cette journée mondiale d'action, La Via Campesina appelle ses organisations, alliés et amis à mener une série d'actions dans les pays et territoires afin de renforcer cette lutte mondiale. Ces activités peuvent être des mobilisations, des saisies de terres, des échanges de semences, des foires de souveraineté alimentaire, des forums, des événements culturels, etc. Nous vous demandons d'enregistrer ces actions en nous envoyant des informations à leur sujet afin que nous puissions ainsi rendre visible cette grande journée mondiale de lutte à [email protected]

Nous publierons une carte des actions à travers le monde sur www.viacampesina.or

Nous vous encourageons également à partager des photos, des vidéos, des affiches et des audios pour www.tv.viacampesina.org

La Via Campesina


Vidéo: Baptiste Rappin sur lutopie de la coopération entre le management et la gouvernance (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Faris

    Le message utile

  2. Birkhed

    La réponse dûment

  3. Zulkisho

    Et c'est efficace?

  4. Mackenzie

    est curieux et l'analogue est-il?



Écrire un message