LES SUJETS

Avidité pour Pachamama

Avidité pour Pachamama

Par Eduardo Camín Nodal *

Selon le temps, l'espace et l'organisation sociale des peuples, la gestion des terres et des territoires a pris différentes formes. Certaines communautés ont donné la priorité à l'utilisation collective de la terre et continuent de la défendre. Pour les peuples autochtones, la vente de la «terre mère» est inimaginable.

Il est essentiel de prioriser, au-delà de la propriété privée, la fonction sociale de la terre, la terre comme lieu de vie. En général, les droits de propriété liés à la terre sont conçus sans égard aux droits de l'homme. Cependant, c'est une question essentielle.

Les droits liés à la terre ont un impact réel sur la jouissance du droit à l'alimentation, au logement, à la santé, au travail, à un environnement sain et au développement.

Sans accès à la terre, de nombreuses communautés sont privées de leurs moyens de subsistance.

Il n’est pas exagéré de dire que la jouissance de tous les droits de l’homme dépend des politiques et de la législation relatives à la terre. L'absence de réformes et de pratiques agraires telles que le déplacement forcé, l'accaparement des terres à grande échelle, les règles commerciales inégales, la spéculation boursière sur les produits alimentaires, la destruction de l'environnement, la discrimination et les exclusions exercées à l'égard des familles paysannes et d'autres producteurs alimentaires représentent une source des violations des droits de l’homme.

C'est dans ce contexte que la demande des paysans par rapport à la terre doit être analysée. Dans une réflexion sur l'état désastreux actuel de l'environnement, sa pollution et sa destruction.

Francisco Chatel, un intellectuel latino-américain, exhorte l'humanité, lui demandant de "cesser de se comporter comme si la nature lui appartenait" et cherche des réponses aux questions suivantes.

«Faut-il compter sur la nature ou pas? Prenez-le en considération, oui, mais comment? Ignorez-le et finissez de l'exploiter jusqu'à la destruction, est-ce concevable? Et qu'est-ce qui est fait, cela se fera-t-il en fonction des populations? D'une manière vraiment démocratique? C'est ce que déclare Olivier de Schutter, Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, dans son dernier rapport soumis au Conseil des droits de l'homme: Sur le plan environnemental, la «révolution verte» du XXe siècle avec ses méthodes industrielles de production agricole, «Conduit à une augmentation des monocultures et par conséquent à une perte considérable de biodiversité agricole ainsi qu'à une accélération de l'érosion des sols.

L'utilisation excessive d'engrais chimiques a pollué l'eau douce, augmentant sa teneur en phosphore, ce qui s'est traduit par une augmentation estimée de l'entrée de phosphore dans les océans (…) les émissions de gaz à effet de serre (…) L'augmentation du rendement à elle seule ne suffit pas.

Toute méthodologie pour augmenter les rendements qui ignore la nécessité de la transition vers une production et une consommation durables, et la réduction de la pauvreté rurale, sera non seulement incomplète mais aura également des répercussions néfastes, aggravera la crise écologique et creusera l'écart entre les différentes catégories de producteurs alimentaires.

Il y a une surproduction de nourriture dans le monde.

Si près d'un milliard de personnes souffrent de la faim, ce n'est pas faute de nourriture mais parce qu'elle est mal répartie et que la grande majorité n'a aucun moyen de la fournir. À première vue, le lien entre le droit à la terre et la question du gaspillage alimentaire et de la qualité ne semble pas évident.

Cependant, il existe une corrélation entre eux car les terres fertiles sont soumises à une pression croissante avec la promotion des monocultures et l'utilisation extrême de la chimie.

Ces procédures non seulement détruisent l'environnement mais utilisent aussi beaucoup d'énergie non renouvelable et sont très souvent utilisées à de mauvaises fins selon la logique du bénéfice personnel et non du besoin collectif.

* Journaliste, responsable international d'El Hebdolatino Genève

Alainet


Vidéo: Vuela con el Viento OFFICIAL VIDEO - Ayla Schafer (Septembre 2021).