LES SUJETS

NESTLÉ tente de laver son image dans le respect de l'environnement avec de nouvelles campagnes publicitaires

NESTLÉ tente de laver son image dans le respect de l'environnement avec de nouvelles campagnes publicitaires


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Gala Arias Rubio *

C'est une tendance de plus en plus courante que les multinationales les plus prédatrices dans leurs pratiques commerciales cherchent à améliorer leur image auprès de leurs consommateurs potentiels. Cette année, Nestlé, à l'occasion de son 150e anniversaire, a mis toute la viande sur le gril avec une série de publicités vantant ses valeurs écologiques et son respect de l'environnement.

L'annonce d'Eko nous montre des femmes (il semble que les hommes ne boivent pas d'Eko) "se connectant" avec la nature, étreignant des arbres dans des poses impossibles, jumelant avec des champs de céréales immaculés avec des arrière-plans de papillons volant, sous le slogan: se sentir bien, quand on boit aussi des céréales ».

Nous encourageons la multinationale suisse, utilisant son propre slogan, à ne pas «boire la nature» et à cesser d'ajouter de l'huile de palme à ses produits tels que la pâte à pizza Buitoni ou l'Oriental Maggi Pasta, avec un pourcentage de graisses saturées allant jusqu'à 59% dans ce dernier cas , selon un rapport de l'OCU [1].

Cette huile, en plus de son effet négatif reconnu sur notre santé, a d'énormes impacts sociaux et environnementaux partout où elle est cultivée, avec la destruction de la forêt tropicale, le brûlage des forêts et l'appropriation illégale de terres.

L'annonce Aventure dans le tropique de Bonka est une infopublicité où trois consommateurs de Bonka vont visiter les lieux paradisiaques où ces haricots rouges sont produits. Comme prévu, aucun des sites qu'ils visitent ne présente de problème social ou écologique. Les paysans sont généreux (quoique arriérés, bien sûr, car ils n'ont pas de douche) et souriants, ravis de montrer leurs plantations. Le cadre est parfait, complètement vert et impeccable. Cependant, la réalité des producteurs de café qui vendent à Nestlé en est une autre. La production de café provient de petits agriculteurs, mais le prix qu'ils reçoivent pour leur production est loin d'être équitable. Entre le prix payé au producteur et le prix payé par le consommateur final, il y a un abîme qui fait vivre ces agriculteurs dans des conditions misérables face à un secteur de plus en plus concentré dans de grandes multinationales comme Sara Lee (Marcilla), Nestlé ( Bonka) et Kraft / Philip Morris (Saimaza) [2].

D'autre part, l'annonce est totalement dépourvue de données sur les pays où le café que nous buvons est cultivé, pas même un court texte ne nous dit quels pays ces consommateurs de Bonka visitent lors de leur voyage paradisiaque. Il aurait été intéressant pour eux de visiter le Chiapas (Mexique) où les prix des grains arabica ont baissé de 60% depuis 2011 et où l'épidémie de rouille orange menace la subsistance des caféiculteurs en raison de la passivité des administrations. Une épidémie, en plus, qui favorise grandement les intérêts de Nestlé dans ce pays, depuis que cette multinationale a lancé le Plan Nescafé en 2010, pour promouvoir la culture de la variété robuste en grains, variété de mauvaise qualité qu'elle utilise pour produire du café soluble et résiste à l'épidémie de rouille.

Substituer la culture locale d'Arabica au Robusta serait un grand avantage pour Nestlé, qui possède la plus grande usine de transformation de café soluble au monde au Mexique et n'aurait donc pas besoin d'importer des céréales de l'étranger. Cependant, cela aurait des conséquences très négatives pour les producteurs car cette céréale est payée pour environ la moitié du prix de l'arabica, sans parler des impacts environnementaux causés par cette monoculture.

L'administration mexicaine, pour sa part, participe activement au plan Nescafé et subventionne la culture du robusta versus arabica [3].

Enfin, en ce qui concerne la publicité Solis, comme Unilever l'a fait l'année dernière, la campagne publicitaire de Nestlé a transformé la consommation de tomates frites de sa marque en un engagement ferme à défendre l'environnement et à améliorer la société. Pour cela, il a utilisé une ressource publicitaire très courante: les enfants. Faisant référence à des platitudes environnementales telles que le souci du monde que nous laisserons à nos enfants, c'est-à-dire la solidarité intergénérationnelle, Nestlé revendique «l'agriculture locale», «l'agriculture durable» et «écologiquement responsable».

Nestlé peut chercher à se débarrasser de l'image de baby killer [4] qui l'a amenée à devenir l'entreprise la plus boycottée au monde tout en offrant un visage amical et engagé envers l'environnement et la société. Nous considérons qu'il est très positif que tout producteur tente de réduire son impact environnemental en limitant le coût de l'eau, l'utilisation d'engrais chimiques et de pesticides, cependant, les monocultures hautement industrialisées ont des conséquences écologiques indéniables, c'est pourquoi elles sont loin d'être considérées. «Agriculture durable». Ce slogan est une sorte de sortilège avec beaucoup de diffusion et peu de contenu. Nous affirmons que la véritable agriculture durable est écologique, ce qui est la vraie responsabilité envers l'environnement.

* Commission de la consommation des écologistes en action Madrid

Remarques
[1] http://iesbesaya.com/proyectosalud/wp-content/uploads/2016/02/Grasas-muy-saturadas.pdf
[2] http://www.carrodecombate.com/2015/08/05/el-verdadero-valor-del-cafe/#comments
[3] http://www.lamarea.com/2015/05/26/la-epidemia-util-para-los-planes-de-nestle/
[4] http://archive.babymilkaction.org/pdfs/babykiller.pdf

Saumon à contre-courant


Vidéo: Nestlé Suisse - Les surgelés sont-ils mauvais pour lenvironnement? (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Arfan

    Vous vous êtes éloigné de la conversation

  2. Egesa

    Je crois que vous vous trompez. Je peux le prouver. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  3. Hadrian

    Oui, c'est l'histoire de monte

  4. Presley

    Et les options sont encore possibles ?



Écrire un message