LES SUJETS

Épidémie mondiale de déchets électroniques

Épidémie mondiale de déchets électroniques


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par projet censuré

De juillet 2014 à décembre 2015, BAN a installé des dispositifs de suivi GPS sur 200 équipements informatiques usagés non fonctionnels envoyés à des sites de recyclage de déchets électroniques accessibles au public aux États-Unis, puis a suivi ce qui était arrivé à l'équipement.

En mai 2016, BAN a constaté que 65 des appareils (environ 32%) étaient exportés plutôt que recyclés au pays. Sur la base des lois des lieux où les déchets électroniques ont été envoyés, BAN estime que soixante-deux des appareils (31%) semblaient être des expéditions illégales. Puckett a déclaré à Intercept que les dispositifs de repérage GPS sont "comme de petits détecteurs de mensonges ... Ils racontent leur histoire et la racontent sans passion".

BAN s'est associé à Carlo Ratti du Massachusetts Institute of Technology Senseable City Lab pour déterminer exactement où l'équipement est allé. Ratti a déclaré à PBS NewsHour que lui et ses collègues chercheurs avaient été surpris par la distance parcourue par les débris. Les déchets électroniques circulent dans le monde, «couvrant en fait presque toute la planète». Chaque dispositif de recyclage a parcouru en moyenne 4 000 kilomètres, selon l'étude BAN.

La plupart des équipes sont allées à Hong Kong, mais BAN les a suivies avec leurs appareils dans dix pays différents, dont la Chine, Taiwan, le Pakistan, le Mexique, la Thaïlande, le Cambodge et le Kenya. Elizabeth Grossman, écrivant pour Intercept et citant Puckett, a déclaré que le "nouveau point zéro" pour le traitement des déchets électroniques se trouve dans le secteur des nouveaux territoires de Hong Kong, près de la frontière avec la Chine. Alors que le gouvernement chinois sévit contre les importations de déchets électroniques, les travailleurs chinois traversent la frontière de Hong Kong sans documentation officielle pour y effectuer un travail similaire.

S'ils sont éliminés de manière incorrecte, les déchets électroniques peuvent libérer une variété de toxines, notamment le plomb, le mercure et le cadmium. Cependant, les États-Unis ne restreignent les exportations de déchets électroniques que d'un seul type de composant, les tubes à rayons cathodiques. Aucune loi fédérale ne réglemente le recyclage des déchets électroniques, bien que de nombreux États américains interdisent le rejet des produits électroniques usagés dans les décharges et disposent de programmes de recyclage des déchets électroniques.

À Hong Kong, Puckett, un journaliste chinois, un traducteur et un chauffeur local ont suivi un signal GPS jusqu'à une clôture avec un signe d'identification de la terre à cultiver. Mirando al otro lado, por encima de la valla, Puckett encontró trabajadores cubierto de tóner y tintas negras –un probable carcinógeno asociado con problemas respiratorios– escapadas por la ruptura de impresoras apiladas hasta casi 5 metros de altura en una superficie tan grande como un campo de football. "Il n'y a aucune protection pour cette main-d'oeuvre ... Il n'y a pas de lois du travail qui vont les protéger", a déclaré Puckett. Peu de temps auparavant, sur un autre site où les travailleurs démontaient des téléviseurs LCD, ils ont rencontré des travailleurs sans masque de protection qui n'étaient pas au courant des vapeurs de mercure libérées lorsque les tubes fluorescents qui éclairent les écrans LCD se brisent. Même en petites quantités, le mercure peut être une neurotoxine.

Depuis que 182 gouvernements nationaux et l'Union européenne ont signé la Convention de Bâle en 1989, un traité international visant à arrêter le déversement de déchets dangereux des pays développés vers les pays moins développés, les États-Unis sont le seul pays industrialisé au monde à ne pas avoir ratifié le traité. , comme EarthFix l'a rapporté.

En avril 2016, US News & World Report a publié un article en prévision de la publication du rapport BAN, «Unplugging: Goodwill and the gully of export of public e-waste to development countries». Cette question n'a pas été suffisamment couverte par la presse institutionnelle américaine.


Sources:
Katie Campbell et Ken Christensen, «On the Trail of America's Dangerous, Dead Electronics», KCTS9 / EarthFix, 9 mai 2016, http://www.opb.org/news/series/circuit/tracking-dangerous-dead-electronics /
Katie Campbell et Ken Christensen, «Watchdog Group Tracks What Really Happens to Your 'Recycled' E-Waste», PBS NewsHour, PBS, diffusé le 9 mai 2016, transcription, http://www.pbs.org/newshour/bb/ le groupe de surveillance suit ce qui arrive vraiment à vos déchets électroniques recyclés /

Elizabeth Grossman, «Les dispositifs de suivi GPS attrapent les principaux États-Unis Recyclers Exporting Toxic E-Waste », Intercept, 10 mai 2016, https://theintercept.com/2016/05/10/gps-tracking-devices-catch-major-us-recyclers-in-improper-e-waste -exportations /

Chercheur étudiant: Karl Wada (Collège de Marin)

Évaluatrice du corps professoral: Susan Rahman (College of Marin)
Traduction par Ernesto Carmona / Mapocho Press

ALAINET


Vidéo: Bio-électronique u0026 méthodologie, par Laurence Gallais (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Ives

    Aucun problème!

  2. Lindisfarne

    Félicitations, vous venez de visiter une excellente idée

  3. Woodley

    Tout peut être

  4. Osmond

    Il y a quelque chose dans ce domaine. J'avais l'habitude de penser différemment, merci beaucoup pour l'aide sur cette question.

  5. Tolabar

    À mon avis, vous vous trompez. Je peux défendre la position. Écrivez-moi en MP, nous communiquerons.



Écrire un message