LES SUJETS

Le Kenya interdit les sacs en plastique

Le Kenya interdit les sacs en plastique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Baher Kamal

La campagne, qui a été lancée lors du Sommet mondial sur les océans - une conférence organisée par le magazine The Economist dans la ville indonésienne de Bali, du 22 au 24 février - exhorte les gouvernements à adopter des politiques pour réduire l'utilisation des plastiques, des industries pour minimiser l'emballage des ce matériau et la refonte des produits, et les consommateurs à changer leurs habitudes avant que les mers ne subissent des dommages irréversibles.

«Le Kenya prend des mesures décisives pour éliminer une tache laide sur sa beauté naturelle exceptionnelle», a déclaré Erik Solheim, directeur du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

"Les déchets plastiques causent également des dommages incommensurables aux écosystèmes fragiles - à la fois sur terre et dans la mer - et cette décision est une percée dans notre effort mondial pour réduire la marée de plastique", a-t-il ajouté.

Les supermarchés à eux seuls livrent environ 100 millions de sacs en plastique par an au Kenya, selon l'ONU. L'une des principales causes de dommages environnementaux et de problèmes de santé, les sacs tuent également des oiseaux, des poissons et d'autres animaux qui les prennent pour de la nourriture, endommagent les terres fertiles, contaminent les sites touristiques et fournissent des sites de reproduction pour les moustiques porteurs du paludisme et de la dengue.

Plus de plastique que de poisson

Selon le PNUE, les sacs en plastique sont le principal problème en matière d'élimination des déchets urbains au Kenya, en particulier dans les communautés les plus pauvres, où l'accès aux systèmes d'élimination et aux soins de santé est limité.

Ils contribuent également aux huit millions de tonnes de plastique qui s'échappent chaque année dans l'océan. Selon les estimations, au rythme actuel, d'ici 2050, il y aura plus de produits en plastique que de poisson et on estime que 99 pour cent des oiseaux de mer auront ingéré ce type de matière.

Outre le Kenya, le Maroc et le Rwanda sont les autres pays africains qui ont interdit les sacs en plastique de leurs territoires.

Lors du sommet de Bali, l'Indonésie s'est engagée à réduire ses déchets marins de 70% d'ici 2025, l'Uruguay a annoncé qu'il taxerait les sacs en plastique cette année, et le Costa Rica a déclaré qu'il réduirait considérablement le plastique à usage unique grâce à une meilleure gestion des déchets. campagnes.

Le Canada a ajouté les microparticules - de minuscules sphères en plastique - à sa liste de substances toxiques, et les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande ont annoncé qu'ils les interdiraient dans les cosmétiques.

La forte poussée de la Suède

Isabella Lovin, vice-Premier ministre suédois et ministre du climat, a déclaré à IPS que le monde allait "dans la mauvaise direction" lorsqu'il s'agit d'atteindre l'objectif de la durabilité des océans et de la vie sous-marine.

«Si vous regardez les tendances actuelles, vous voyez de plus en plus de surpêche,… plus de pollution, de déchets plastiques qui pénètrent dans nos océans, et nous voyons aussi le stress que l'océan supporte en raison du changement climatique, de l'acidification de l'eau, mais aussi du réchauffement et de la hausse niveau de la mer », a-t-il souligné.

La Suède et les Fidji convoquent une grande conférence des Nations Unies sur les océans, du 5 au 9 juin, qui réunira les gouvernements, le secteur privé et les organisations de la société civile pour coordonner une stratégie coordonnée. La conférence se penchera sur le rôle clé que jouent les océans dans le changement climatique, mais aussi sur d'autres questions, comme le plastique dans nos mers.

«Il y a 3 milliards de personnes dans le monde qui dépendent principalement des ressources marines pour leur survie et… ce que l'océan peut produire, donc cela se résume à la sécurité alimentaire. Cela a également à voir avec les moyens de subsistance de centaines de millions de personnes qui dépendent de la pêche artisanale, principalement dans les pays en développement », a expliqué Lovin.

Il a également noté que la demande de poisson des pays riches fait pression sur les besoins des pays en développement.

"Nous devons nous assurer que le poisson en tant que ressource est conservé et protégé pour les générations futures", a-t-il souligné.

Recherche océanique avancée de la Norvège et de la FAO

«Garder nos mers propres et notre vie marine à l'abri du plastique est une question urgente pour la Norvège. Les déchets plastiques marins sont une menace qui… affecte négativement la vie des habitants des zones côtières du monde entier. Nos océans ne peuvent plus attendre », a déclaré Vidar Helgesen, ministre norvégien du climat et de l'environnement, lors du sommet de Bali.

El 24 de marzo, Noruega y la Organización de las Naciones Unidas para la Alimentación y la Agricultura (FAO) lanzaron un barco dedicado al estudio de los mares, uno de los más avanzados de su tipo y el único navío de investigación que lleva la bandera de l'ONU.

Le navire, nommé Dr Fridtjof Nansen, examinera certains des océans les moins explorés de la planète à l'aide de sept laboratoires de pointe et d'équipements sophistiqués pour aider les pays en développement à recueillir les données scientifiques nécessaires à la gestion durable des pêches et à étudier le climat le changement affecte nos océans.

Comme il a un pavillon de l'ONU, le navire peut naviguer librement dans différentes frontières juridictionnelles, sans restrictions dans sa recherche.

"Ce nouveau navire nous permet d'améliorer la recherche et les activités là où les observations marines sont extrêmement limitées, et de mieux comprendre les impacts du changement climatique sur les écosystèmes aquatiques et nos océans", a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva.

"C'est crucial pour permettre aux pays en développement d'augmenter la résilience des écosystèmes et des communautés côtières, en particulier en ce qui concerne la pêche artisanale", a-t-il conclu.

Traduit par Álvaro Queiruga

Actualités IPS


Vidéo: Spot Interdiction Sac plastique (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Trymian

    Que pouvez-vous dire à ce sujet?

  2. Cheveyo

    Je suis complètement d'accord. Connerie. Mais les opinions, je vois, sont divisées.

  3. Yesuto

    Je suis d'accord, très bon message

  4. Tutyahu

    Tu as tout à fait raison. Il y a quelque chose à ce sujet, et je pense que c'est une bonne idée.

  5. Devine

    C'est la conditionnalité



Écrire un message