LES SUJETS

Déclaration du Forum sur la souveraineté alimentaire: territoires de paix pour une vie digne - Sommet des peuples devant l'OMC

Déclaration du Forum sur la souveraineté alimentaire: territoires de paix pour une vie digne - Sommet des peuples devant l'OMC


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pour la construction de «Territoires de paix pour la souveraineté alimentaire et la politique et une vie digne. Avec l'OMC, avec le libre-échange pour nos terres, notre agriculture, nos plats et notre planète »

12-13 décembre 2017

Les participants au Forum sur la souveraineté alimentaire qui s'est tenu dans la ville de Buenos Aires les 12 et 13 décembre 2017, veulent exprimer nos accords pour la construction de Territoires de Paix pour les peuples; les paysans et paysans du monde et tous les peuples qui luttent pour rester sur nos territoires ancestraux et pour continuer à nourrir l'humanité comme nous le faisons depuis dix mille ans; en même temps que permettre une vie décente dans les villes avec des aliments sains produits localement.

Les plus de 300 participants à ce Forum sur la Souveraineté Alimentaire, paysans et paysans, peuples autochtones, pêcheurs et producteurs alimentaires, de plus de 30 pays sur 4 continents, dénoncent d'abord la violence du libre-échange qui, lors de ce Sommet ministériel, s'est clairement exprimée dans la censure exercée par le gouvernement argentin, avec l'acceptation et la collusion de l'OMC, empêchant la participation des nombreux représentants des organisations sociales qui voulaient venir en Argentine pour exprimer leurs opinions et positions sur ce sommet. On montre ainsi que la "liberté" qu'ils proclament depuis ce sommet ministériel est la liberté d'imposer la voix des puissants tandis que 99% de l'humanité reste en dehors de cet espace clos, secret et fortifié dans lequel ils entendent prendre les décisions qui affectent à tous les peuples du monde, des décisions marquées par la violence.

Et c'estLa violencequi s'exerce chaque jour à travers la gestion de l'agro-industrie et des intérêts des entreprises dans nos territoires où nous sommes expulsés, persécutés, criminalisés et assassinés, tout en augmentant leurs profits de manière disproportionnée et en défendant leurs intérêts

La violence C'est celui qui a assassiné le 3 mars 2016 Berta Cáceres au Honduras et qui empêche aujourd'hui le peuple hondurien d'exercer son droit de choisir qui le gouvernera.

La violence C'est celui qui, au cours des 3 derniers mois, a coûté la vie à Santiago Maldonado et Rafael Nahuel en Patagonie argentine; des jeunes assassinés pour avoir manifesté leur solidarité avec la lutte du peuple mapuche pour le droit à la terre.

La violence que dans le monde entier, les paysans et les peuples autochtones ont accaparé à peine un quart des terres disponibles, tandis que nous et nous continuons d'être ceux qui fournissent la plus grande partie de la nourriture à toute l'humanité.

La violence C'est celle qu'exerce l'agro-industrie en détruisant les trois quarts de toutes les semences agricoles que nos ancêtres nous ont léguées en cherchant à s'approprier le reste à travers les lois semencières et les brevets.

La violence que les entreprises cherchent à convertir notre nourriture en marchandise, produisant la plus grande crise alimentaire que l'humanité ait jamais subie, avec plus de la moitié de la population sous-alimentée ou sous-alimentée souffrant de famine, de carences multiples et de maladies chroniques dues au surpoids et à l'obésité; souffrance plus grande chez les plus vulnérables.

La violenceavec lesquelles des technologies nouvelles et de plus en plus dangereuses sont imposées sans débat, consultation ou participation des peuples. Des technologies telles que la transgénique, les nouveaux développements biotechnologiques, la géo-ingénierie ou les nouvelles techniques d'édition génétique qui menacent tous les systèmes de vie dans le monde.

La violenceavec lesquelles de fausses solutions s'imposent pour les différentes crises, climatiques, énergétiques, alimentaires, qui ne cherchent qu'à continuer l'appropriation et la thésaurisation de nos biens communs.

La violence que le capitalisme détruit la Terre Mère, notre Pachamama, détruit le climat, nos forêts, nos sols, nos plantes, nos animaux, nos biens communs; polluer nos rivières et nos mers et transformer la planète en un désert dans lequel la possibilité même d'une vie future est menacée.

La violence cela s'exprime dans le système patriarcal et raciste qui tue et s'exprime quotidiennement à tous les niveaux de notre vie.

Nous et nous disons encoreASSEZ de la violence! Et nous continuerons à construire un autre monde possible, en prenant soin de notre Mère Terre et en nourrissant les peuples du monde à travers:

- Notre engagement continuer à promouvoir la souveraineté alimentaire en tant que plate-forme, principe et base politique de nos actions pour garantir un monde sans faim et une terre avec des paysannes et des paysans qui en prennent soin, en la nourrissant de manière consciente et aimante.

- Notre engagement défendre nos territoires en tant que Territoires de Paix où la terre, l'eau et la diversité font partie intégrante d'une vie pleine en harmonie avec tous les êtres vivants.

– Notre engagement à continuer à défendre ces territoires contre la violence du capital, la marchandisation de la vie et la destruction provoquée par les mégaprojets au nom du soi-disant «progrès».

- Notre engagementfaire vivre les savoirs que nos ancêtres nous ont légués et qui représentent aujourd'hui entre les mains des communautés le principal espoir pour affronter la crise vers laquelle nous conduit ce capitalisme insensé.

– Notre engagementlutter contre le «libre-échange» dans tous les domaines où il doit être imposé, que ce soit à l'OMC, par le biais d'accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux ou dans des espaces multilatéraux comme le FMI ou la Banque mondiale; dénonçant leurs mensonges et montrant le vrai visage de ce pillage planifié auquel ils entendent nous soumettre.

-Notre engagementpour continuer à produire une alimentation saine, gratuite et souveraine grâce à la production agro-écologique paysanne diversifiée et riche comme chacun de nos peuples.

- Notre engagement de continuer à travailler localement, à renforcer les jardins communautaires, à sauver les connaissances alimentaires locales et l'utilisation des plantes médicinales et toutes ces expériences qui de l'organisation locale et communautaire renforcent et sont la base de nos actions collectives.

- Notre engagement afin que tous les peuples aient droit à une alimentation décente, saine et nutritive et bien plus encore lorsqu'elle fait partie de tout type d'aide alimentaire.

– Notre engagementde continuer à multiplier, partager et défendre nos semences créoles et indigènes en tant que Patrimoine des Peuples au service de l'Humanité, sans OGM, pesticides et droits de propriété intellectuelle.

- Notre engagementde multiplier nos principes, notre expérience et nos connaissances à travers tous les espaces éducatifs que nous avons construits à partir de nos mouvements, en appelant tous ceux qui se sentent engagés dans leurs propres domaines d'action à rejoindre cette croisade pour la formation paysanne en agroécologie.

- Notre engagement pouravancer dans le renforcement et la construction de moyens de communication pour la liberté qui peuvent surmonter le siège médiatique que les médias hégémoniques ont créé et qui ont réussi à mettre une grande partie de l'humanité dans un état d'hypnose collective.

– Notre engagement à continuer à construire avec des chercheurs du monde entier un autre modèle de science basé sur les nouveaux paradigmes qui émergent de la main de la Science Digne, la construction collective et le dialogue des connaissances et une vision globale et non fragmentée du monde. Cette science digne doit être soutenue dans un système éducatif qui, à tous les niveaux, est compatible avec ce sens de la dignité et doit avoir la souveraineté alimentaire comme axe central.

– Notre engagementlutter contre la violence du néolibéralisme qui cherche une fois de plus à s'imposer comme seule pensée et fin de l'histoire. Nous savons que notre diversité, notre histoire et nos luttes annoncent le début d'une époque meilleure.

– Notre engagementde continuer à honorer ceux qui nous ont précédés sur cette voie en semant des espoirs, des idées et des rêves pour un monde meilleur en continuant à construire un monde de solidarité, libre et uni dans la diversité dans lequel la vie vaut plus que les lois du marché, la propriété secteur privé et accumulation de capital.

– Notre engagement à transformer nos relations en mettant de côté et en combattant toutes les formes de domination et d'oppression contre les femmes, les peuples autochtones, les jeunes et tous ceux qui sont marginalisés et persécutés dans cette société.

– Notre engagementd'avancer dans la construction d'alliances avec tous les secteurs sociaux qui se sont réunis dans ce Sommet des Peuples pour dire très haut:

– Nous sommes une seule force jumelée avec les travailleurs urbains, les consommateurs, les chômeurs, les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, les écologistes, les organisations de jeunesse, les universitaires et nous tous qui venons ici engagés à construire une autre société.

Nous nous reconnaissons dans les principes anticapitalistes, anti-patriarcaux, internationalistes et anti-colonialistes et nous assumons l'engagement à leur égard comme un défi pour notre vie quotidienne, au sein de nos organisations et dans la recherche de la construction d'une nouvelle société que nous ont supposé est possible et nécessaire.

Nous sommes solidaires de tous les peuples du monde en résistance et nous sommes inspirés par l'exemple de la courageuse paysannerie colombienne qui relève aujourd'hui le défi de la construction de territoires de paix dans un pays qui a traversé des décennies de violence, nous nous déclarons engagés faire de chacun nos territoires.

TERRITOIRES DE PAIX POUR LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE ET POLITIQUE ET UNE VIE DIGNIFIÉE

HORS DE L'OMC, HORS DU LIBRE-ÉCHANGE SUR NOTRE TERRE, NOTRE AGRICULTURE, NOS PLATS ET NOTRE PLANÈTE


Vidéo: La souveraineté alimentaire expliquée en une minute (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Malakinos

    Je suis désolé, mais, à mon avis, des erreurs sont commises. Essayons d'en discuter.

  2. Akinokus

    Je ne peux pas participer à la discussion pour le moment - il n'y a pas de temps libre. Je reviendrai - j'exprimerai certainement mon opinion sur cette question.

  3. Preston

    Je crois que vous vous trompez. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  4. Telford

    Oui, ça m'a semblé pareil aussi.

  5. Dann

    vous la personne abstraite

  6. Nekus

    Avis plutôt amusant

  7. Winwood

    Hmm,

  8. Yul

    Quelle phrase nécessaire ... super, la belle idée



Écrire un message