LES SUJETS

La Terre souffre de fièvre ...

La Terre souffre de fièvre ...

Par Cristian Frers

La Terre souffre de fièvre et ce n'est pas un bon signe. D'autre part, ils s'assurent que les changements climatiques sont causés par l'homme.

La Terre souffre de fièvre ... mais il y a de l'espoir

Les opinions des gens sont partagées. À un extrême se trouvent ceux qui considèrent le changement climatique comme faisant partie d'un grand cycle normal de la planète. D'un autre côté, ils assurent qu'il ne fait aucun doute que les changements climatiques sont causés - directement ou indirectement - par l'homme. La vérité est qu'un grand nombre de personnes refusent de l'accepter. Ils sont encore moins disposés à considérer qu'ils ont quelque chose à voir avec la question. Le plus simple psychiquement et politiquement est d'interpréter ce que l'on aimerait interpréter, ou bien de botter le ballon hors du terrain de jeu. Ces positions ressemblent étroitement à celles adoptées par les pays. Certains en prennent acte et se prennent en main (comme la Russie) et d'autres (comme les États-Unis) préfèrent retarder leurs décisions, tout en réalisant des films avec des vagues gigantesques ou des périodes glaciaires qui ne sont préoccupantes que dans la science-fiction.


Une opinion mûre doit être fondée sur des preuves; que nous soyons intéressés ou non, cela nous favorise ou nous nuit. Il ne peut pas être basé sur l'optimisme ou le pessimisme, qui ne sont que des projections d'émotions. Dans le domaine de la raison, il faut réfléchir à certaines preuves telles que:
-Le dioxyde de carbone dans l'atmosphère a augmenté à un niveau plus élevé qu'il ne l'a été au cours des derniers centaines d'années.
-La glace éternelle ne l'est plus: elles fondent.
-La température mondiale a augmenté à une moyenne de 0,6 C au-dessus des records des siècles derniers.
-Les calottes glaciaires de l'Arctique se sont amincies entre 15 et 40% au cours des 30 dernières années.
-Les glaciers fondent ou reculent.
-Les océans se réchauffent et les côtes s'érodent plus léger.
-16% des récifs coralliens du monde sont morts ou sont en train de mourir.
-Les bains, estuaires, lacs, lagunes et autres zones humides rétrécissent ou se dessèchent.
-Les pluies et l'impact des inondations augmentent.
-Le printemps arrive. Les plantes fleurissent à l'avance et les oiseaux nichent prématurément.

Cependant, le 16 février 2005, le Protocole de Kyoto a été ratifié, le traité le plus ambitieux au monde en matière de défense de l'environnement. Avec sa validité, une nouvelle ère commencera, basée sur une économie différente, qui, avec un paradigme éthique nouveau et nécessaire, constitue les conditions sine qua non du développement durable.

Ce protocole établit des objectifs juridiquement contraignants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par les pays développés. L'objectif est de réduire, entre 2008 et 2012, une moyenne de 5,2% des émissions dans l'atmosphère par rapport aux niveaux de 1990 des six gaz générateurs de l'effet de serre: le dioxyde de carbone, le méthane, l'oxyde nitreux, l'hydrofruorocarbone, le perfluorocarbone et l'hexafluorure de soufre. Surtout, dans l'hémisphère nord, où se trouvent les pays développés - cela n'oblige pas les pays de l'hémisphère sud ou sous-développé - chaque pays a cependant un quota différent.

Environ 600 000 tonnes de dioxyde de carbone sont émises dans le monde chaque année. Un chiffre qui ne cesse de croître en raison du mode de vie humain, basé sur la consommation d'énergies fossiles, comme le pétrole, le charbon ou le gaz.

Les experts conviennent que pratiquement toute activité humaine est polluante: de l'électricité utilisée dans les maisons, en passant par l'utilisation de voitures, la climatisation, le chauffage, jusqu'à la sidérurgie, les raffineries de pétrole ou le ciment.


Seule l'utilisation de pétrole et d'autres combustibles fossiles est responsable de 80% des émissions de dioxyde de carbone, qui agit comme un écran réfléchissant la chaleur émise par la terre et renvoyée vers celle-ci.

Voyons ce qui a été signé: un certain niveau de pollution acceptable est autorisé et un mécanisme financier est mis en place, des crédits carbone, par lesquels ceux qui polluent plus peuvent acheter une partie du droit de polluer ceux qui polluent moins.

L'entrée en vigueur du protocole de Kyoto est, sans aucun doute, une étape très importante, mais pas décisive, dans la relation difficile de nos sociétés avec le changement climatique.

La bonne nouvelle est qu'il existe un engagement international pour lutter contre le changement climatique et réduire les émissions polluantes. Cette décision requiert un engagement fort de la société dans son ensemble: les citoyens, dès la réception d'informations, de formations et de connaissances adéquates pour contribuer autant que possible, en commençant par les changements des usages et des modes de consommation; le secteur des entreprises, dans la prise de décisions qui conduisent à des avantages fondés sur la responsabilité sociale et environnementale, et la puissance publique, à travers le développement et la mise en œuvre de politiques et de mesures appropriées et permanentes.

L'inconvénient est que personne n'est sûr qu'une amélioration notable sera obtenue, et même pas que bon nombre des signataires honoreront leurs engagements. On dit déjà que le Canada résoudra son problème sur le marché financier et non dans les cheminées. L'accord entre en vigueur sans la participation de la Chine et des États-Unis d'Amérique du Nord, deux éléments clés de toute politique de réduction des gaz industriels.

Le président français Jacques Chirac a exhorté les pays développés à diviser par quatre leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Lors d'une table ronde sur le changement climatique tenue à l'Elysée, Chirac a déclaré que, sans attendre 2012, il souhaite que la France tente d'aller au-delà du compromis de Kyoto. Au niveau européen, il a suggéré que les règles contre la pollution des véhicules et du transport aérien soient renforcées. Pour le court terme, le président français a fait valoir que le premier objectif de 2005 devrait être de faire réengager les États-Unis dans l'effort international de lutte contre le changement climatique.

Les États-Unis - le plus grand pollueur du monde - continuent d'affirmer que le Protocole ne présente aucun intérêt pour leur pays en raison des dommages allégués qu'il causera à la performance de son économie. Le président George W. Bush a simplement promis qu'il soutiendrait les réductions de gaz uniquement par une action volontaire et le développement de nouvelles technologies.

Au lieu de nous demander si nous devons faire ou non, ne devrions-nous pas nous demander si quelque chose ne doit pas être fait? Ce ne sont pas des projections, mais des événements réels. Bon nombre des processus susmentionnés se sont déjà produits sur Terre. C'est certain. Mais à travers les temps géologiques millénaires! Pas dans la durée d'une vie humaine. Et si elles étaient effectivement naturelles, serions-nous assis les bras croisés pour voir la Statue de la Liberté couverte de neige comme dans le film «Le jour d'après»?

La Terre souffre de fièvre et ce n'est pas un bon signe. Blâmez tout. De la société humaine, avec ses perversions, son irresponsabilité, sa corruption, ses intérêts, son égoïsme, son hypocrisie.

Si la Terre est bouleversée, de plus en plus en colère, c'est à cause de tout le monde. Chaque fois que nous lui avons fait plus de mal. Et quand c'est la faute de tout le monde, cela ne veut pas dire qu'elle n'est à personne en particulier. Il appartient à chacun, selon son degré de responsabilité.

Nous sommes très malades et nous ne nous en rendons pas compte. Marre de l'orgueil, du matérialisme, de l'avidité. Mais nous pouvons réagir. Nous pouvons faire un examen de conscience; entrer dans des conversions avec notre être profond, avec la partie élevée qui est en nous et voir si nous pouvons changer, même en quelque chose. Avant qu'il ne soit trop tard.

* Cristian Frers.
Technicien senior en gestion environnementale et technicien senior en communication sociale.


Vidéo: 16- Comment prévenir les maladies chez les poules? Que faire si votre poule tombe malade? (Septembre 2021).