LES SUJETS

Lutter contre nous-mêmes

Lutter contre nous-mêmes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par George Monbiot

La nôtre est la génération la plus chanceuse de tout ce qui a été et sera. Nous vivons dans le bref intervalle historique entre la violence écologique et la catastrophe écologique.

Je veux prendre un moment pour vous rappeler d'où nous venons.

Au cours des trois premiers millions d'années de l'histoire de l'humanité, nous avons vécu selon les circonstances. Nos vies étaient régies par les coïncidences de l'écologie. Nous vivions, comme tous les animaux, dans la peur de la faim, des prédateurs, du temps et des maladies.

Puis, pendant quelques milliers d'années, lorsque nous avons compris les rudiments de l'agriculture et du stockage des récoltes, nous avons bénéficié d'une plus grande sécurité alimentaire et nous avons rapidement détruit bon nombre de nos prédateurs non humains. Mais nos vies étaient gouvernées par des épées, des haches et des lances. Le combat principal était pour la terre. Nous en avions besoin non seulement pour planter nos cultures mais aussi pour nous fournir des sources d'énergie (herbe pour nos chevaux et bœufs, bois pour notre feu).


Ensuite, nous avons découvert les combustibles fossiles et tout a changé. Nous n'étions plus contraints par la nécessité de vivre à la merci de l'énergie ambiante; nous pourrions nous maintenir grâce à la lumière du soleil stockée pendant 350 millions d'années. De nouvelles sources d'énergie ont permis à l'économie de croître, suffisamment pour absorber une partie des personnes chassées par les anciens conflits fonciers. Les combustibles fossiles ont permis à l'industrie et aux villes de se développer, permettant aux travailleurs de s'organiser et de forcer les despotes à réduire leurs abus de pouvoir. Les combustibles fossiles nous ont aidés à mener des guerres d'horreur jamais connue auparavant, mais ils ont également réduit le besoin de guerres. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, même pour la première fois dans l'histoire de la vie, il y avait un surplus d'énergie disponible. Nous pourrions survivre sans avoir à lutter contre qui que ce soit pour l'énergie dont nous avions besoin. La productivité agricole a été multipliée par 10 à 20. La productivité économique a été multipliée par 100. La plupart d'entre nous pouvaient vivre comme personne ne l'avait jamais vécu auparavant.

Et tout ce que vous voyez autour de vous en est le résultat. Nous avons pu nous rassembler ici de tous les coins du pays grâce aux énergies fossiles. Les dirigeants ne nous facturent pas de commission ou ne restreignent pas notre consommation (ou en tout cas pas encore) grâce aux énergies fossiles. Nos libertés, notre bien-être, notre prospérité sont dus aux énergies fossiles.

La nôtre est la génération la plus chanceuse de tout ce qui a été et sera. Nous vivons dans le bref intervalle historique entre la violence écologique et la catastrophe écologique.

Je n'ai pas à vous rappeler les deux forces qui convergent dans nos vies. Nous sommes confrontés à une pénurie imminente d'une source d'énergie difficile à remplacer: les combustibles fossiles liquides. Et nous sommes confrontés aux conséquences environnementales de la consommation de combustibles fossiles qui nous ont permis d'arriver là où nous en sommes.


La structure, la complexité, la diversité de nos vies, tout ce que nous savons, tout ce que nous prenions pour acquis, tout ce qui semblait solide et non négociable semble soudainement contingent. Tout cela est comme une énorme pile bancale en équilibre sur une balle sur le point de commencer à dévaler la montagne.

J'entends les gens parler de la réduction qu'ils aimeraient voir dans les émissions de carbone. Je ne suis pas intéressé par ce que les gens aimeraient voir. Je m'intéresse à ce que dit la science. Et la science parle clairement. Nous n'avons pas besoin d'une réduction de 20% pour 2020, ni d'une réduction de 60% pour 2050, mais d'une réduction de 90% pour 2030. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrions maintenir la concentration de carbone dans l'atmosphère en dessous de 430 unités par million, ce qui signifie que ce n'est qu'ainsi que nous éviterions certaines des conséquences redoutées. Si nous la laissons dépasser cet indice, il n'y a rien à faire. La biosphère est la principale source de carbone. Cela devient incontrôlable.

L'idée que nous pouvons y parvenir en remplaçant les combustibles fossiles par des énergies renouvelables est un fantasme. Il est vrai que nous avons des sources d'énergie inexploitées dans le vent, les vagues, les marées et la lumière du soleil, mais elles ne sont ni suffisamment concentrées ni suffisamment cohérentes pour que nous puissions les utiliser et continuer comme avant.

Une telle réduction nécessite une forte restriction de notre consommation d'énergie. Certaines technologies sont disponibles, mais elles ne nous mèneront sûrement pas très loin. Si vous souhaitez réduire les émissions de carbone de 10%, la consommation d'énergie devra être limitée de 50%. La seule méthode pour y parvenir est un rationnement national accompagné d'un déclin et d'une convergence mondiaux.

Nous sommes dans une position extraordinaire. C'est le premier mouvement politique de masse à demander moins, pas plus. Nous sommes les premiers à descendre dans la rue pour demander l'austérité. Le premier à demander que notre luxe, notre confort soient réduits.

Ce sont les plus grands défis politiques auxquels aucun mouvement n'a jamais été confronté. Mais nous les rattrapons. Nous les atteignons. Mais ne laissez personne vous dire que ce sera facile. S'il s'agissait simplement de mettre George Bush au vert, nous l'aurions fait maintenant. Mais nous ne devons pas seulement lutter contre lui, pas contre notre propre gouvernement, pas entre nous; nous devons également lutter contre nous-mêmes. La lutte contre le changement climatique est la lutte contre une grande partie de ce que nous sommes devenus. C'est un combat contre certains de nos pulsions les plus élémentaires.

Nous ne pouvons pas demander aux autres d'arrêter de voler si nous continuons à voler. Nous ne pouvons pas demander au gouvernement de nous forcer à changer si nous ne sommes pas préparés au changement. La bataille la plus importante de nos vies se déroulera non seulement là-bas, mais aussi en nous.

Titre original: Lutte contre nous-mêmes - Origine: Znet Science; Lundi 05 décembre 2005 - Traduit par Genoveva Santiago et révisé par Felisa Sastre


Vidéo: Une loi inutile.. (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Suzanna

    Bravo, excellente réponse.

  2. Suzanna

    Félicitations, cela aura une idée différente d'ailleurs

  3. Dieter

    pièce très amusante

  4. Simao

    Il y a quelque chose dans ce domaine. J'avais l'habitude de penser différemment, merci pour les informations.

  5. Pietro

    Qui le sait.

  6. Milosh

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Je vous invite à discuter. Écrivez en MP.

  7. Harleigh

    Vous avez répondu rapidement...

  8. Nikolaus

    Je suis un très grand fan de Cognac. J'adore tellement Cognac que je me permets de le boire pas plus de deux fois par an. Quel fan je suis! Cela devrait être une célébration!



Écrire un message