LES SUJETS

Argentine, environnement zéro

Argentine, environnement zéro


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Graciela Cristina Gomez

Considérant l'accès à un environnement sain, un droit de l'homme fondamental apparaît comme l'un des contenus fondamentaux de la Déclaration de Stockholm, en 1972. C'est un droit de l'homme inaliénable et inaliénable.

"C'est une immense tristesse de penser que la nature parle alors que l'humanité n'écoute pas."
Victor Hugo


Considérant l'accès à un environnement sain, un droit de l'homme fondamental apparaît comme l'un des contenus fondamentaux de la Déclaration de Stockholm, en 1972. C'est un droit de l'homme inaliénable et inaliénable.

Dix ans plus tôt, Rachel Carson a témoigné de l'impact des substances synthétiques sur les oiseaux et autres animaux sauvages.

On n'en parle pas:

«Chaque être humain est soumis au contact avec des produits chimiques dangereux, de sa naissance à sa mort. Des résidus de ces produits ont été trouvés dans la plupart des systèmes fluviaux, et même dans les courants souterrains, dans le corps des poissons, des oiseaux, des reptiles, des animaux sauvages et domestiques. Dans les poissons des lacs situés dans les montagnes reculées, dans les vers de terre des champs ensemencés, dans les œufs d'oiseaux et chez l'homme lui-même. De tels produits chimiques sont stockés dans le corps de la plupart des humains, sans discrimination d'âge, dans le lait maternel et probablement dans les tissus des enfants à naître », dit-il dans son livre« Silent Spring ». L'une des critiques qu'elle a reçues était: «Faites taire Mme Carson», et le silence est l'arme que les fabricants de pesticides utilisent et utilisent encore pour que le public ne puisse pas accéder à la composition de leurs produits. (1)

L'ampleur et les conséquences qui perturbent le développement sexuel et la reproduction, non seulement chez les animaux, mais aussi chez les humains, ne se sont pas encore rendues compte.

Les auteurs du livre "Notre avenir volé", en 1996, ont présenté après des années de recherche, l'origine de ce trouble, des substances chimiques qui supplantent les hormones naturelles: "Les perturbateurs endocriniens", interfèrent avec le fonctionnement du système hormonal par trois mécanismes: supplantant les hormones naturelles, bloquant leur action ou augmentant ou diminuant leurs niveaux. Ces imitations artificielles présentent un plus grand danger que les composés naturels, car ils peuvent persister dans le corps pendant des années, tandis que les œstrogènes végétaux sont éliminés en une journée.

Parmi les autres effets des perturbateurs endocriniens, citons l'augmentation du cancer des testicules et de l'endométriose, les fausses couches, les grossesses extra-utérines et un taux alarmant de cancer du sein. Le British Medical Journal, en 1992, a publié une étude sur les spermatozoïdes mâles, la mauvaise qualité séminale et la diminution du nombre de spermatozoïdes, qui a diminué de 45% de 1940 à cette date, si cela continue dans 50 ans, les hommes pourraient être incapables de se reproduire naturellement , devant recourir à l'insémination artificielle ou à des techniques in vitro (2)

Les cas d'enfants atteints de malformations à Santa Fe et Misiones sont un autre soupçon dont la cause peut être des perturbateurs endocriniens. Il est prouvé, dans des études menées en Espagne et au Mexique, où ils ont découvert 26 types de malformations, qui étaient dues à deux ou plusieurs formes d'exposition aux pesticides (3) mais ceux qui devraient enquêter ici, le font du mauvais côté, la vérité n'est pas doit venir à la lumière.

La réglementation actuelle ne prend en compte que le risque de cancer, elle ne prend pas en compte la vulnérabilité particulière des enfants avant leur naissance et dans les premiers stades de la vie, ni les effets sur le système hormonal, elle ignore les effets additifs ou interactifs de ces substances.

La seule vérité est la réalité (Aristote):

Aux États-Unis, 35% de la nourriture consommée contient des résidus de pesticides détectables, les méthodes d'analyse ne détectent cependant qu'un tiers des plus de 600 pesticides utilisés. (2) À Almería, en Espagne, plus de 500000 tonnes de poivrons ont été rejetée des marchés européens pour contenir des résidus chimiques dépassant les limites autorisées, elle a servi à lutter contre les ravageurs nuisibles par des ravageurs bénéfiques, supplantant les pesticides. Un bon exemple à suivre, revenir au bio, donc l'activité chimique-toxique subirait un revers (3)

Ce n'est pas suffisant pour ceux qui nous gouvernent, c'est "le déni des preuves", dirait-il dans son livre, "Dangerous Seeds", de Jeffrey M. Smith, dénonçant les mensonges de l'industrie et des gouvernements sur ce que nous mangeons, et les effets dévastateurs de l'utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM).

Loin de s'intéresser aux preuves dont la certitude est déjà scandaleuse, les «marchands de la vie» ne pensent qu'à négocier et augmenter leurs comptes bancaires, voici quelques exemples: «L'Argentine est le premier exportateur mondial d'huiles végétales et a des capacités inutilisées, le le coût de production de soja le plus bas au monde et la capacité de broyage la plus élevée "," L'Union européenne (UE) veut que les biocarburants représentent 10% du carburant utilisé pour le transport en 2020, aujourd'hui ils ne représentent que 1%. Le président Bush veut augmenter la consommation d'éthanol , multipliant par cinq l'utilisation des carburants renouvelables d'ici 2017. "(4)" L'OMC fait pression sur l'Europe pour qu'elle consomme des OGM. "Le gouvernement grec a annoncé une extension de son interdiction sur les semences de maïs GM de Monsanto, ainsi que l'Autriche, la Hongrie et la Pologne , la déclaration de 172 régions européennes sans OGM et le moratoire de 5 ans décidé en Suisse, sont quelques exemples du rejet croissant de la Pipelines d'OGM dans l'UE ».

Des signes évidents de toxicité ont été trouvés dans trois des hybrides de maïs transgéniques de Monsanto, et des recherches supplémentaires sont nécessaires, (5) .La France a donc rejoint les pays de l'UE qui interdisent la culture de ce maïs, cependant, en août 2007, l'Argentine l'a approuvé, oubliant le principe de précaution. incarné dans la loi générale 25.675 sur l'environnement, puis l'UE l'a fait, par conséquent, certains agronomes pensent que c'est un mot sacré, naïf! J'ai récemment entendu l'un d'eux parler de ce problème sur une station de radio Reconquista, j'avais honte des autres ... ils leur vendent des miroirs colorés et ils répondent: «donne-moi deux», le pire des cas est qu'il a dit qu'il appartenait à l'INTA . De la même manière, les politiciens, les médias et les professionnels semblent ignorer tout cela, ils ne sont pas intéressés à savoir au-delà de leur nez, j'appelle ça «l'anachronisme mental», mais ils parlent avec la conviction des experts Lire, ça ne fait pas de mal!


En 1998, les Européens ont également tenté d'interdire l'importation de viande de bœuf hormonale en provenance des États-Unis, les États-Unis ont dénoncé la mesure et l'OMC s'est prononcée contre l'Europe. Le manque de transparence de l'OMC, ses réunions à huis clos dans la «salle verte», le manque de libre accès à sa base de données intégrée et son pouvoir actuel lui permettent de contourner les lois sur la santé, la sécurité et l'environnement, ce qui provoque de grandes manifestations contre eux, dont le slogan est de protester contre «le commerce équitable, pas le libre-échange». (6)

Quelque 200 multinationales ont ouvert leurs bureaux à proximité de la Commission européenne ou du Parlement européen, à partir de là, leurs armées de salariés, font pression à leur profit sur les pouvoirs publics, les médias, les scientifiques et les leaders d'opinion. Ils dépensent 1 000 millions d'euros par an en lobbying et pour la location de leurs bureaux, ils paient 300 euros le mètre carré. On estime qu'il y a six lobbyistes pour chaque membre du Parlement européen, de sorte que les décisions qui leur profitent sortent d'un tube, plus transgénique, moins de lois. Ces vérités malheureuses et d'autres sont révélées dans le livre "Conspirations toxiques", Scientifiques persécutés, Achat silencieux et Gag d'information. (sept)

Réglementation confuse et fragmentée:

En mars 1996, le journal La Nación a publié la nouvelle suivante: «La fragmentation qui existe actuellement entre les nombreuses agences municipales, provinciales et nationales, en termes de capacité et d'autorité pour parvenir à une gestion environnementale adéquate, conduit à des chevauchements de compétences, à la faiblesse du contrôle, à la violation des normes et à une certaine confusion entre politique et objectifs ». L'analyse et la surveillance de l'environnement sont pratiquement inexistantes dans le cas de la plupart des polluants, dans la majeure partie du pays, il n'y a pas de base adéquate pour prendre des décisions sur la pollution de l'environnement, en raison d'une fragmentation des responsabilités institutionnelles et du manque de la coordination a produit un cadre réglementaire déroutant avec la gestion environnementale, le gouvernement n'a pas de stratégie bien élaborée pour lutter contre la pollution de l'environnement. Depuis cette année-là, rien n'a changé, mais la législation sur les biocarburants, les promotions et les exemptions pour les multinationales sortent par décret, elles ne peuvent pas attendre.

Ce qui manque dans notre droit pénal, c'est un titre spécial pour crime écologique, et mettre fin à la politique de «pompier» agissant uniquement en cas d'urgence environnementale, sans être clair sur qui est la responsabilité juridictionnelle. (8)

S'appuyer sur l'ordre administratif dicté par les gouvernements provinciaux va à l'encontre d'une protection juridique adéquate de l'environnement. A cela s'ajoute le manque de personnel avec une formation adéquate, le manque de ressources existantes et la pression exercée par les entreprises et les syndicats qui estiment qu'assimiler leurs entreprises pour qu'elles ne polluent pas est une dépense inutile, en plus de la peur, dans le second d’entre eux, de la perte d’emploi. (9)

Énergie atomique regrettable:

La sécurité d'Atucha I a déclenché la réaction des habitants de Zárate, des entités régionales et des ONG qui ont demandé en 1987 des informations à la Commission de l'énergie atomique (CNEA). Ce n'est qu'en 1990 que les techniciens les ont informés que la responsabilité de la Commission se limitait à ce qui se passait à l'intérieur de l'usine et qu'il y avait un plan d'urgence, inconnu de la population, jamais mis en œuvre faute de budget. Une autre aberration opérationnelle dans le cas de l'accident était que les comprimés d'iodure de potassium livrés à la Défense civile étaient périmés depuis 1986. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a effectué une visite d'inspection pour évaluer les réparations effectuées à Atucha I en 1990, les résultats ont été que «les travaux et réparations étaient partiels et que des risques indéterminés continuent d'être présents pour l'exploitation de l'installation».

La CNEA a admis que la possibilité de louer la décharge nucléaire construite dans la Sierra del Medio, près de Gastre, Chubut, à d'autres pays était envisagée, et en 1990 Greenpeace a dénoncé une proposition de la société française Pechiney d'y déposer des déchets radioactifs européens.

Dans la Sierra Pintada, à Mendoza, il y a 5 340 fûts contenant des résidus, qui ont été envoyés après leur traitement à Cordoue pour les y enterrer, et des tonnes de résidus d'uranium. L'usine de concentration de Malargüe a cessé ses activités en 1986. Il y a des déchets accumulés dans 8 blocs d'une épaisseur de 7 mètres, soit une quantité supérieure à 700 000 tonnes. La radioactivité mesurée est de 4 à 10 fois plus élevée que les niveaux de rayonnement naturel. La zone est caractéristique pour ses vents forts, et les pluies les dispersent, car ces déchets ne sont pas protégés, l'extraction de l'uranium libère du radon, très radioactif, qui provoque le cancer du poumon, augmentant les cas de leucémie dans la zone chez les enfants, adultes cancer et maladies respiratoires chroniques.

Le CNEA a un autre bilan terrible sur le sujet: le Centre atomique d'Ezeiza, l'eau de la zone est radioactivement contaminée, la mine d'uranium Los Gigantes, Córdoba, a rejeté des déchets radio et uranifères dans le lac San Roque, jusqu'à sa fermeture (10) car il affecté le tourisme de Carlos Paz. Alerte Tinogasta! C'est ainsi que le CNEA agit, ce sont des antécédents.

Protection juridique: plus de doutes que de solutions

L'article 18 de la loi 25.675 générale de l'environnement stipule que les Argentins sauront quel est l'état environnemental du pays, dans ses aspects écologiques, année après année, puisque le PEN est obligé par l'intermédiaire du Secrétariat à l'environnement et au développement durable de présenter un rapport au Congrès. Aucun citoyen ordinaire n'a connaissance de ces rapports. «Tout citoyen a le droit d'être consulté et d'exprimer un avis sur les procédures administratives liées à la préservation et à la protection de l'environnement» (article 19), personne n'a été consulté pour commenter l'installation des usines polluantes du Grand Rosario, ni ceux installés à Dock Sud, au contraire, la Cour suprême de Catamarca a interdit la consultation populaire sur l'installation d'une mine d'uranium. Il semble que la loi ne s'applique pas à l'ensemble du territoire et que ses dispositions ne sont pas d'ordre public (art. 3). Contrairement aux réglementations provinciales, la loi établit comme obligatoire la convocation à une audience publique, pour les activités susceptibles de générer des effets négatifs sur l'environnement (article 20), que quiconque en a été témoin, nous le dise.

Santa Fe a la loi 10 000 pour la protection des intérêts diffus. Une procédure abrégée signifie, dès le début, qu'une mesure de précaution est bloquée pour éviter d'autres dommages. L'étendue de la protection de ces intérêts est limitée uniquement aux cas dans lesquels le préjudice résulte d'actes ou d'omissions d'une personne publique ou privée dans l'exercice de fonctions publiques.

Les articles 41 et 43 de la Constitution nationale nous garantissent un environnement sain et une protection. Les procéduralistes insistent sur la nécessité urgente de protéger les intérêts diffus par une protection collective, qui peut être légitimement exercée par n'importe quel habitant, même si une tendance minoritaire tend à interpréter sa portée avec la plus grande restriction possible.

La tutelle inhibitrice est une autre forme de protection rapide, pour éviter ou arrêter la répétition ou la poursuite des dommages, le juge décide sans entendre l'autre partie, émettant ainsi quelques réserves (11).

Certains ont pensé à un "per saltum" pour saisir la Cour suprême des affaires environnementales, une institution procédurale très controversée, réglementée aux États-Unis mais pas ici. Son objet est pour les cas de gravité institutionnelle, puisqu'il n'y a pas de loi qui l'autorise, il est inconstitutionnel. Je ne partage pas cette idée, au-delà de la précipitation requise par la question, cela donnerait à la Cour plus de pouvoir qu'elle n'en a déjà avec le "certiorari" (art. 280 CPCC), rejetant les appels extraordinaires et sautant également des instances de la procédure, profitant à tout le monde sauf à l'environnement.

Une autre discussion est de savoir qui a le droit procédural de déposer une amparo, si le droit de se défendre est collectif ou diffus et si le dommage est concret ou abstrait. La Chambre civile nationale, salle D, sur la notion d'affecté et de droit à la protection a déclaré: "La responsabilité de la contamination est objective, donc chacun des membres de la communauté affectée a la légitimité pour obtenir la préservation de l'environnement." (8 ) Pour le civilista Peyrano, nous ne pouvions pas accorder de protection juridique aux dommages environnementaux avec l'article 1068 du Code civil, car ce dommage est lié à des droits diffus et non à des droits subjectifs.

La criminaliste Donna, pour sa part, estime que ce n'est pas la manière de créer des lois ouvertes, laissant indéterminée la quantité de substance considérée comme nocive, qui sera donnée par une règle administrative, sans respecter le principe de détermination, ni augmenter les crimes de danger abstrait, violant le principe de légalité et de culpabilité.

Zabala de Gonzalez parle d'une «confusion conceptuelle»: les intérêts à protéger sont et doivent être concrets, certains et déterminables, seule leur propriété est diffuse. (8)

La puissance économique des pollueurs et l'humilité des victimes ont à voir avec pourquoi la doctrine fonde la responsabilité stricte sur l'aphorisme «celui qui profite des avantages en porte les inconvénients». Parler de réparation des dommages environnementaux, c'est penser ex post, alors que la prévention doit être ex avant, empêcher le dommage de se produire. Telle est la tendance actuelle à la discrimination, restreignant la peine privative de liberté et la remplaçant par une amende, même si le dommage causé est incommensurable et irréversible.

Mais rien n'est fait pour légiférer comme il se doit sur les délits environnementaux, car c'est possible, les lois peuvent être améliorées. Pourra-t-on jamais sortir de cette «sclérose normative», comme le disait Bidart Campos (12), vers un droit selon les temps et les changements constants dans lesquels nous vivons? Des réalités dont le traitement et la régulation doivent être une priorité dans les agendas du gouvernement et du Congrès, mais tout semble conspirer pour que rien ne change et ne délégitime le modèle économique.

Face aux atteintes à l'environnement, il faut proposer un modèle éthique de justice qui valorise la prévention, l'ordre du respect des exigences de qualité de vie, dont la devise doit être: Ne polluez pas. (8)

Pour l'instant, on ne peut qu'espérer, face à un procès ou à une protection en défense d'un environnement sain, que le principe de «iura novit curia» fonctionne (le juge connaît la loi). L'ambiance appartient à tout le monde et donc aussi au juge. De ses enfants et de ses enfants (12). Un bon auditeur, quelques mots suffisent.

* Graciela Cristina Gómez - Avocat (UBA) - Notaire (UNR) -Romang-Santa Fe-Argentine. http://ecos-deromang.blogspot.com

Sources:

1-Histoires de science, "Silent Spring"
2-Rebellion, "La menace des perturbateurs endocriniens" // Health Gazette, "Exposition aux perturbateurs endocriniens et altérations du tractus urogénital masculin"
3-Recherche et développement, «Malformations causées par les pesticides» // Habitat idéal «Bichos contra bichos»
4-Cuenca Rural, "Biodiesel pour l'exportation"
5-Index sept, "L'OMC fait pression sur l'Europe pour qu'elle consomme des transgéniques" // Amis de la Terre "Les écologistes et les agriculteurs dénoncent que l'UE approuvera trois transgéniques potentiellement dangereux avec le vote favorable de l'Espagne"
6- «Notre avenir volé», Theo Colborn-John P. Myers-Dianne Dumanoski, p. 511 et 512
7- www.nodo50.org , "Groupes de pression qui menacent l'environnement et la santé des citoyens espagnols" // www.planetaesclavo.wordpreess.com "Conspirations toxiques"
8- "Dommages environnementaux", volume I, Jorge Mosset Iturraspe-Tomas Hutchinson-Edgardo A. Donna, (pages 28-29- 96-113-121-124, et 144).
9- «Dommages environnementaux», volume II, J. Mosset Iturraspe-T. Hutchinson-E.A. Donna, (p. 323-328-343 et 351)
10- «Crimes écologiques», Mauricio H. Libster (pages 62 à 67 et 280) // www.uranionogracias.com.ar "Actions du CNEA dans le pays"
11- www.gozaini.com.ar , «Le dommage et sa protection par la protection» // «La protection collective« Consacrée par la réforme constitutionnelle de 1994 », par Daniel A. Sabsay (FARN)
12-Bidart Campos, LL, 11/10/2000, Supplément à la loi constitutionnelle // «La défense des biens publics environnementaux par la Cour suprême de justice de la Nation», Carlos A. Rodríguez, DJ, 07/05 / 06- 703


Vidéo: Sink Argentinas Carrier 1982 - The Secret British Falklands War Mission (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Dijin

    ont répondu rapidement :)

  2. Trevor

    Je trouve que c'est l'erreur.

  3. Goltitaxe

    Est absolument d'accord avec vous.C'est l'excellente idée. C'est prêt pour te soutenir.

  4. Auriville

    Je peux vous recommander de visiter le site avec une énorme quantité d'informations sur le sujet qui vous intéresse.

  5. Avraham

    Ces informations ne sont pas exactes

  6. Tommy

    L'excellente réponse, je félicite

  7. Maujar

    Je suggère de voir un site qui a beaucoup d'informations sur ce sujet.

  8. Gardagore

    Je vous suggère de venir sur le site, sur lequel il y a beaucoup d'articles sur cette question.



Écrire un message