LES SUJETS

Le FMI impose sa politique néolibérale. Un ouragan d'austérité plane sur l'Europe

Le FMI impose sa politique néolibérale. Un ouragan d'austérité plane sur l'Europe


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Jérome Duval, Damien Millet, Sophie Perchellet

Accablés par la spéculation sur la dette, avant même que le FMI n'intervienne, les États prennent l'initiative et des réformes antisociales sont envisagées en Espagne, au Portugal, en Irlande, en Italie ... Partout ces traitements d'austérité serrent les salaires et préservent au grand capital responsable de cette impasse capitaliste. Il est urgent pour tous ceux qui veulent résister efficacement à la logique capitaliste d'œuvrer à l'unification de ces luttes.


La crise actuelle est le moyen idéal pour le FMI d'appliquer en Europe ses recettes ultra-libérales frelatées qu'il impose aux pays en développement depuis le début des années 1980. Délégitimé par trois décennies de plans d'ajustement structurel imposés brutalement aux peuples du Sud, le FMI est revenu au centre du jeu politique à partir du moment où le G20 a repris la gestion de la crise en 2008.

Le Sud a été le premier champ de bataille, l'Europe est maintenant son extension. Le FMI multiplie les prêts à certains pays européens qui peinent à rembourser une dette publique gonflée en raison du ralentissement économique et des plans de sauvetage des banques, dont la poursuite effrénée des profits a justement conduit à cette crise. En 2007, la Turquie était le seul grand pays à frapper encore aux portes du FMI. De nombreux autres pays comme le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay, les Philippines, etc. avaient annulé leur dette auprès du FMI à l'avance pour se débarrasser de sa tutelle ennuyeuse. Le temps des vaches maigres a été dépassé et le FMI a déjà ouvert une ligne de crédit pour une dizaine de pays européens en moins d'un an et est intervenu depuis sur de multiples fronts.

Désormais, l'institution constate que son bénéfice, sans considérer la vente d'une partie de ses réserves d'or, a quadruplé au cours de l'exercice 2009-2010 (clos fin avril), et est de 534 millions de dollars, contre 126 millions de dollars de l'année dernière. Confier la gestion de la crise à une organisation qui en profite jusque-là ne doit pas laisser les citoyens en paix ... Par contre, alors que le Fonds impose le gel, voire la réduction, des salaires un peu partout, correspondant à son directeur général, le socialiste français Dominique Strauss-Kahn a «subi» une augmentation de plus de 7% depuis son arrivée, pour se stabiliser à un demi-million de dollars par an.

Le premier pays touché a été la Hongrie, devant l'Ukraine, l'Islande et la Lettonie. Puis, en 2009, ce fut la Biélorussie, la Roumanie, la Serbie, la Bosnie et plus récemment la Moldavie et la Grèce. La liste des pays qui demandent un prêt à l'institution ne cesse de s'allonger et tous sont contraints d'appliquer les plans d'austérité dictés par les marchés financiers, le FMI et l'Union européenne.

L'impact social désastreux sur les populations rappelle les sinistres plans d'ajustement structurel mis en place dans le Sud après la crise de la dette de 1982. Ces plans d'austérité visent une forte réduction des dépenses publiques, sans toucher aux grands capitaux, afin de trouver les fonds nécessaires rembourser les créanciers en priorité.

La Hongrie ouvre la danse des ajustements

En octobre 2008, un plan de 20 milliards d'euros pour la Hongrie a été décidé: 12,3 milliards d'euros prêtés par le FMI, 6,5 milliards d'euros par l'Union européenne et 1 milliard d'euros par la Banque mondiale. Outre la croissance automatique de l'encours de la dette et la perte nette due aux paiements d'intérêts, une série de conditions sévères ont été mises en place pour la population: l'augmentation de 5 points de TVA, actuellement à 25%, celle de l'âge légal de la retraite à l'âge. 65, le gel des salaires des fonctionnaires pendant deux ans, la suppression de la prime des retraités.

La Hongrie, dirigée par les sociaux-démocrates, a réussi à sauvegarder un système social plutôt protecteur. Le mécontentement de la population face à l'application, sous l'injonction du FMI, de ces mesures d'austérité a profité à la droite conservatrice, qui accusait les sociaux-démocrates au pouvoir d'avoir fait du pays «une colonie du FMI» (tel que publié par le journal conservateur Magyar Nemzet) . Cependant, la victoire du nouveau Premier ministre conservateur, Viktor Orban, a été bénie par l'agence de notation Fitch Ratings, qui estime que le parti d'Orban, le Fidesz, a obtenu la majorité nécessaire pour modifier la constitution et «représente donc une opportunité d'introduire des réformes structurelles. ”| 1 |.

Les sociaux-démocrates ont subi une défaite historique aux élections législatives de mars 2010 et ont ouvert la porte à l'extrême droite qui est entrée au parlement pour la première fois avec 16,6% des voix.

L'Ukraine sanctionnée par le FMI

Le FMI a approuvé en novembre 2008 un programme sauvage de deux ans pour l'Ukraine d'un montant de 16,4 milliards de dollars. Jusqu'en mai 2010, le pays n'avait reçu que 10,6 milliards de dollars de l'institution, pourquoi? Car depuis l'augmentation de 20% du salaire minimum fin octobre 2009 accordée par l'ancien gouvernement de Viktor Yúshenko, le FMI a suspendu l'apport de fonds. La visite d'une délégation ukrainienne à Washington en décembre 2009 n'a rien changé et le paiement d'une nouvelle fraction du crédit reste bloqué.


Le dernier versement remonte à juillet 2009, en l'absence d'accord sur les conditions à remplir par Kiev. Le FMI a fixé la prévision de déficit budgétaire pour 2010 à 6% du PIB, tandis que le gouvernement propose un déficit de 10% pour éviter d'avoir à trop serrer la ceinture. Durement touchée par la crise, l'Ukraine a subi une baisse de 15,1% de son PIB en 2009 et atteindre un déficit de 6% en 2010, comme le veut le FMI, est une mission impossible.

En suspens, l'Ukraine a dû approuver le report de l'âge de la retraite et l'augmentation de 20% du tarif du gaz pour les particuliers à partir du 1er septembre 2009. Une privatisation et recapitalisation des banques est prévue. La privatisation de l'usine d'engrais chimiques d'Odessa est de retour sur la table, malgré l'importance stratégique qu'elle représente pour la région et l'Etat, et malgré les critiques qui peuvent être faites sur ses pratiques environnementales. Le nouveau gouvernement, mis en place en mars 2010 par l'élection présidentielle de Viktor Ianoukovitch, propose parmi ses priorités, de poursuivre la demande d'aide du FMI | 2 |. Il espère ainsi obtenir un plan de soutien de 19 milliards de dollars du FMI, après avoir fait adopter par le parlement un budget pour 2010 qui prévoit de ramener le déficit à 5,3% du PIB, au-delà des besoins du Fonds. La mission du FMI, fin mars 2010, a été l'occasion d'approcher le nouveau gouvernement en vue de la relance du crédit accompagnée de futurs traitements d'austérité.

Grèce: le berceau de la démocratie

Alors que la Grèce, accablée par une dette record, frappait aux portes de l'Union européenne et du FMI (initialement un prêt d'urgence de 45 milliards d'euros, dont 15 milliards provenaient du FMI), l'agence de notation Standard & Poor's a déclassé (par trois crans) sa cote de dette le 27 avril 2010. Les marchés chutent et les investisseurs spéculent à la baisse, accentuant la tendance.

Le Premier ministre Papandreou a déclaré le 11 décembre 2009 que: «Les salariés ne paieront pas pour cette situation: nous ne procéderons pas au gel ou à la réduction des salaires. Nous ne sommes pas arrivés au pouvoir pour démanteler l'État social. "| 3 | Cependant, depuis le 18 mars 2010, un plan commun UE-BCE-FMI était en train d'être minutieusement élaboré | 4 | avec l'accord du PASOK, le parti de Papandreou au pouvoir, dont la contrepartie sera une cure d'austérité sans précédent afin d'économiser, aux dépens du peuple grec, 4,8 milliards d'euros en mars 2010, puis 30 milliards de plus en mai, selon un nouveau plan, avec pour objectif de payer les créanciers.

Au menu, le gel des embauches et la réduction des salaires des fonctionnaires (forte baisse des sursalaires, réduction des primes, malgré une précédente réduction des salaires décidée en janvier 2010); gel des pensions; augmentation de la TVA de 19% à 23% - bien qu'il s'agisse d'une taxe injuste qui affecte davantage les plus défavorisés -; augmentation des taxes sur l'alcool et le tabac; réduction drastique des dépenses sociales, telles que la sécurité sociale, etc. | 5 | Les droits sociaux sont sacrifiés sur l'autel des intérêts de «l'élite locale traditionnelle» et des dépenses militaires, le budget le plus important de l'UE, par rapport à son PIB. La population a fortement réagi et organisé des grèves générales (les 10 février, 11 mars, 5 mai et 20 mai 2010) qui ont déjà paralysé le pays à plusieurs reprises.

Les Roumains descendent également dans la rue

Avec la Bulgarie, la Roumanie est l'un des pays les plus pauvres de l'Union. En mars 2009, la Roumanie a obtenu un prêt d'environ 20 milliards d'euros: 12 900 millions correspondent au FMI, 5 000 millions à l'UE, 1 000 à 1 500 millions à la Banque mondiale et le reste à diverses institutions, dont la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. (BERD). En contrepartie, Bucarest a promis de ramener son déficit public de 7,9% du PIB en 2009 à 5,9%, mais compte tenu de cet objectif irréaliste, il est finalement fixé à 6,8% en 2010. Au menu, plus des mêmes: gel des retraites et salaires avec le maintien du salaire mensuel minimum de 600 lei brut (145 euros), élimination de 100 000 fonctionnaires en 2010, soit 7,5% du personnel de la fonction publique. Là aussi, la population se mobilise contre les mesures d'austérité. Le 19 mai, plus de 60000 manifestants se sont rassemblés devant le siège du gouvernement alors que le gouvernement renforçait son programme d'ajustement, annonçant une réduction de 25% des salaires des fonctionnaires et une réduction de 15% des allocations de chômage et des pensions, dont le minimum est déjà de 85 euros. .

Par ailleurs, le Gouvernement prévoit la réduction par décret des subventions à la famille ainsi que des aides accordées aux handicapés, à compter du 1er juin 2010. C'est encore une fois aux dépens des plus pauvres qu'ils veulent payer crise, alors que la taxation du capital est soigneusement évitée: le taux d'imposition des sociétés a baissé de 9 points, passant de 25% en 2000 à 16% en 2009.

Les Islandais refusent de payer

Avant le fameux nuage de cendres volcaniques qui paralysait le ciel européen pendant plusieurs jours en 2010, l'Islande avait déjà fait la une des journaux en raison d'une grave crise de 2008. Le chômage était passé de 2% en octobre 2008 à 8,2% en décembre 2009. L'État a sauvé la les trois principales banques du pays de la faillite en s'endettant énormément et en échouant ensuite à garantir le remboursement aux détenteurs britanniques et néerlandais de leurs titres. Le peuple islandais a été contraint de payer cette dette par la loi Icesave, adoptée tard dans la nuit et par malveillance le dernier jour de 2009 et soutenue par le FMI, dette qui avait servi à renflouer les banquiers coupables.

Après une grande mobilisation populaire, la loi a été rejetée par plus de 73% de la population lors du référendum de mars 2010. Un rapport de la SIC (Special Investigative Commission) présenté en avril devant le parlement a remis en cause la responsabilité de certains dirigeants de la grandes banques et membres du gouvernement précédent, et en particulier celui de l'ancien Premier ministre lors de la crise bancaire de 2008. David Oddsson, qui dirigeait la Banque centrale en 2008, s'est enfui juste avant la publication de ce rapport et a ainsi échappé à la justice de votre pays.

Quatre anciens dirigeants de la Kaupthing Bank, dont l'ancien président-directeur général Hreider Mar Sigurdsson, ont été arrêtés à leur arrivée au Luxembourg où ils résidaient. Sigurdur Einarsson, président du conseil d'administration des réfugiés de Londres, a également un mandat d'arrêt d'Interpol. Selon le FMI, l'Union européenne dicte ses vœux aux gouvernements et impose des mesures très impopulaires. En novembre 2009, le Parlement européen a prêté à la Serbie (200 millions d'euros), à la Bosnie-Herzégovine (100 millions d'euros) à l'Arménie (65 millions d'euros de prêt et 35 millions d'euros de subvention) et à la Géorgie (une subvention de 46 millions d'euros).

Accablés par la spéculation sur la dette, avant même que le FMI n'intervienne, les États prennent l'initiative et des réformes antisociales sont envisagées en Espagne, au Portugal, en Irlande, en Italie ... Partout ces traitements d'austérité serrent les salaires et préservent au grand capital responsable de cette impasse capitaliste. Il est urgent pour tous ceux qui veulent résister efficacement à la logique capitaliste d'œuvrer à l'unification de ces luttes.

Jérome Duval, Damien mil, Sophie Perchellet membres du Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde (CADTM), texte traduit par Griselda Pinero. Publié dans Diagonal journal et (CADTM) - Juin 2010

Remarques:

| 1 | http://www.lefigaro.fr/flash-eco/(...)

| 2 | http://www.lesechos.fr/info/inter/afp(...)

| 3 | http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=17522

| 4 | hhttp: //www.cadtm.org/Apoyemos-al-pueblo-griego-en-su

| 5 | http://www.sipri.org/media/pressreleases/pressreleasetranslations/ATlaunchFR


Vidéo: DAVOS 2021Le président chinois constant dans sa défense du multilatéralisme (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Kigazahn

    J'ai oublié de te le rappeler.

  2. Wada

    C'est incroyable de voir comment vous, avec un style assez calme en termes de conception de blog, avez pu tout mettre en place avec tant de compétence. Ici, le texte, la table des matières, les liens et la navigation sont sympas. J'ai commencé à faire du design deux fois, mais je n'ai jamais pu trouver d'idée. Si jamais vous décidez de faire du bénévolat et de mettre votre template en libre accès, alors je serai le premier à le télécharger, seuls les tags ne sont pas encore à la mode. déjà vu schaz filer. A bientôt sur la blogosphère

  3. Coulter

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM.

  4. Jorrel

    Dites-moi, comment se rendre à la bibliothèque ?

  5. Venamin

    Je suis désolé, cela a interféré... Chez moi une situation similaire. Il est possible de discuter.

  6. Hamden

    Bravo, quels mots ... merveilleuse pensée



Écrire un message